House of Broken Promises – Twisted (EP)


Franchement, plus de huit ans depuis leur album précédent, un nouvel album supposé en gestation depuis plusieurs années… on pouvait penser le trio californien moribond ! C’est par l’intermédiaire du dynamique label transalpin Heavy Psych que nous arrive la lueur d’espoir : HOBP est toujours vivant !  Avec un nouvel alb… Ah non, on me souffle à l’oreille que ce n’est qu’un EP…

Frustrés, on se plonge quand même vite fait dans la galette, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’on est en terrain connu… et que ça fait fichtrement plaisir ! Le trio formé par les fondateurs de Unida (Arthur Seay et Mike Cancino) et l’excellent bassiste/chanteur Joe Mora évolue toujours dans une sorte de gros hard rock qui tâche (pensez Unida sans Garcia), avec une grosse tendance au shred (quel six-cordiste remarquable !), ce qui ravira les amateurs trop souvent frustrés de soli parfois outranciers mais souvent jouissifs. A ce titre l’EP nous rappelle la palette typique du trio, à travers 7 titres assez variés.

Le plat d’honneur est servi en introduction, avec deux compos studio… Nouveautés ? Pas vraiment, car même si ces deux brulots sont rutilants et inédits sous cette forme studio, les deux titres étaient connus des aficionados qui les avaient déjà vus et entendus plusieurs fois joués sur les set live du groupe. Il n’empêche qu’ils dépotent bien en version studio (et accessoirement l’occase de valider le timbre parfois « Garcia-esque » de Mora sur le refrain de « Toranado »). Belles pièces.

La reprise de Billy Squier « The Stroke » ne surprendra pas vraiment non plus, le groupe ayant déjà proposé ce titre testostéroné en live. Toujours cool de l’avoir gravé sur disque. Plus intéressante est la reprise du « Lady Evil » de Black Sabbath : même si le titre est déjà connu sous cette forme (proposé sur un album tribute sorti il y a quelques années) il fonctionne bien, hommage respectueux aux anglais avec une sorte de Dio au timbre râpeux chargé au Jack Daniels… (note : sur le tribute album, c’était un chanteur invité qui mimait le grand petit chanteur, et pas Joe Mora)

Ce sont deux démos qui prennent la suite : deux enregistrements de qualité, mais… déjà connus aussi ! Dispos depuis longtemps sous cette même forme sur la plateforme de partage du groupe, ces deux titres ont par ailleurs eux aussi déjà été joués en live (notamment le heavy et catchy mid-tempo « Panzram »).

Pour clôturer, un titre live… extrait de leur album « Live Desertfest 2013 » ! Pas leur plus mauvais titre, mais quand même, ils se sont pas foulés, même si ce live n’a pas été largement distribué…

Cet EP laisse donc un goût doux-amer en bouche, en particulier pour celles et ceux qui suivent le groupe : bricolé à l’arrache (quelques chutes de studio par ci par là, quelques récups de morceaux par là…) il semble avoir pour objectif premier de signifier le retour aux affaires du trio et d’accompagner leur tournée européenne imminente. C’est déjà pas mal, mais c’est quand même bigrement frustrant. On attend plus ! Et que ça saute !

(Note : le nouvel album est annoncé pour début 2018…)

Note de Desert-Rock
   (6/10)

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  


Se connecter

House of Broken Promises – Twisted (EP)