Truckfighters – Live in London


truckfighters London

Un bon live, c’est toujours quelque chose à prendre et à apprécier. Un bon live sur CD, c’est déjà une autre paire de manche. Alors à quoi bon imaginer un Live qui suinte la fuzz à plein nez ? Surtout que Truckfighters n’est pas le dernier à faire dans la dentelle sonore. Pourtant, à notre grande surprise, et peut-être parce que la magie a opéré, le power trio envoie la sauce suédoise.

Enregistré le 14 novembre 2014 et en direct de Islington Academy à Londres, le groupe a su opter pour un live d’excellente qualité. Et ça, on le ressent de suite quant à la justesse vocale, instrumentale et rythmique : aucun faux pas ou de fausses notes, que du bon. Le concert offre une set list des plus classiques mais efficace (pour les habitués) pour la tournée de Universe avec une intro focalisée sur « Mind Control ». C’est d’ailleurs certainement le seul titre qui a du mal à passer en ce qui concerne le son. Mais on imagine que l’ingénieur du son venait d’entrer dans la danse un peu précipitamment. Parce que sinon, c’est du très bon : la guitare de Django pétarde à mort la Russian Big Muff (sa principale pédale de fuzz); Ozo, le chanteur/bassiste, groove à mort et semble moins renfermé que d’habitude ; puis Enzo (à l’époque) tabasse méchamment sa batterie comme pendant la subtile et non moins magnifique « The Chairman ».

Vous l’aurez compris, ce concert vous fait presque oublier que le « show » se passe dans votre salon ou dans votre voiture. Car le trio a véritablement réussi à transposer le ronronnement de leurs camions. On en vient même à rire et à se prendre dans l’ambiance des commentaires du public ou du groupe, manque juste la bière sur le tee-shirt. Puis, c’est aussi le moment de découvrir ou de redécouvrir les gros titres de l’album Mania comme « Last Curfew » ou la féroce « Monte Garnano » . On en vient même à jalouser le public ayant eu la chance d’assister à ce concert tant la merveilleuse « Get Lifted » ne peut que mettre tout le monde d’accord. N’oublions pas non plus que le groupe a plus d’une corde à son arc à nous envoyer de multiples claques auditives avec « Manhattan Project » et surtout « Traffic », qui pointent l’atout majeur du groupe : le son massif de la guitare. Et ainsi en retraçant toute la discographie des Suédois, même du split album fait avec Firestone (Fuzzsplit on the century) avec « Helium 28 », on ne s’étonne pas que le concert s’achève avec la très culte « Desert Cruiser », devenue un véritable hymne Stoner. Il serait acceptable que l’énergie se soit un peu dissipée mais c’est mal connaître le groupe, rétorquant un assez fougueux : « Qu’est-ce que vous voulez entendre ? » Et le ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta démarre pour donner une impression de gouache sans fin. Le public est possédé, et, nous aussi.

Il est donc bien aimable de la part de Truckfighters de nous offrir cette cerise sur le gâteau d’une discographie déjà des plus honorables. Car enfin, on peut emporter un concert du power trio dans sa poche, et le consommer à toute heure de la journée : qualité suédoise pour sûr.

 

Point collector :

A noter qu’au delà de la musique, c’est un véritable coffret collector que Truckfighters propose avec ce « Live in London », constitué de 2 vinyls « splatter », 1 CD, 1 download code pour l’album, et un accès vidéo bonus (vidéo à laquelle nous n’avons pas pu avoir accès à l’heure où vous lirez ces lignes).

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

1 commentaire
  • Ah Red the ultimate coward. Just ignore him Vet, he's the type who would be the first to send others to war, but would invent every reason under the sun never to serve himself.Your typical internet warrior.

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  


Se connecter

Truckfighters – Live in London