DÄTCHA MANDALA (+ Howard +SheWolf ) – 11/04/2018 – Paris (La Boule Noire)

 

C’est une sortie parisienne sympathique qui nous était proposée ce mercredi à la Boule Noire. Le soleil brille encore et l’air est bon alors que nous nous enfonçons dans la salle pour aller voir ce que donne le plateau proposé par l’association Below The Sun avec en tête d’affiche Dätcha Mandala et deux autres power trios.

C’est SheWolf qui ouvre le bal et le premier constat est qu’il fait bon jouer ici, le light show promet autre chose qu’un sempiternel bleu/rouge. Ce groupe du Perche se définit comme  un “Do It Yourself french girlband” et délivre un grunge un rien crasseux qui fait plaisir à entendre. La présence est encore jeune pour ce groupe qui a sorti son premier LP en Février, les marques se trouvent mais il restera comme une sensation de recherche d’assurance en particulier entre les morceaux ou fusent parfois la lourdeur de remarques bovines de la part de mâles archaïsants. Musicalement, les SheWolf auront livré un set aux compositions corrosives et pêchues où réside la volonté de vivre à fond leur musique.

 

SheWolf

Howard entre en scène et nous voilà revenus dans un registre déjà plus familier. Ces Parisiens ont pour particularité de n’avoir pas de bassiste mais un clavier. Ce dernier s’investit pleinement dans son instrument et permet au trio de bénéficier d’une force de frappe indéniable. L’ambiance sur scène est à la connivence et au plaisir et cela se ressent au fur et à mesure du set avec de belles montées en puissance. Les gars se soutiennent entre eux, les transitions sont maîtrisées et on ne voit pas le temps passer. La salle s’est remplie d’une bonne centaine de personnes et transpire lourdement. Le son est fuzzy à souhait, il sait se faire planant quand il faut et joue fort. Si on relève des plans à la manière de Kyuss, j’ai parfois l’impression de voir un peu de Valley of the Sun du côté du chant.  Fait intéressant, certaines compos gigognes, lentes à l’extérieur, contiennent plus de rapidité à l’intérieur. Le thème également passe du plus brillant au plus sombre. Le trio chauffe la salle allègrement et fait monter la pression pour céder la scène à Dätcha Mandala.

Howard

Howard

Alors que débute le set de Dätcha Mandala, la foule s’est faite plus compacte, on sent que le public attendait les bordelais qui ont construit leur renommée notamment grâce à des premières parties, entre autre pour les Insus. Le set est principalement composé des morceaux de l’album sorti fin 2017, mais donne le change avec des compositions inédites. Du point de vue de l’ambiance, on sent la volonté de travailler l’esprit mystique : encens, tapis, drapeaux votifs tibétains et chapelets composent l’univers du groupe sur scène. En prenant un peu de recul j’ai le sentiment d’assister au set d’un groupe pour fans de Blues Pills (dont ils ont d’ailleurs assuré la première partie), les pieds nus en prime.

Dätcha Mandala

Côté musique, l’influence d’un Led Zepplin est particulièrement prégnante glissant parfois vers un univers clairement issu des standards du blues et rejaillit souvent dans le monde de la folk. Ces instrumentistes habiles ont cependant un défaut, celui de surjouer les postures, le guitariste Jérémy ayant une tendance à la mise en avant trop excessive à mon goût. Quoi qu’il en soit la mayonnaise prend dans la salle qui est chauffée à blanc, prise de transe et de ferveur quasi-mystique.  Le concert se clôture sur ce que j’attendais le plus, deux morceaux de rappel en boulets de canon où la basse flirte avec des plans à la limite du funk et déroule toute sa puissance.

Dätcha Mandala

 

Dätcha Mandala

 

1 commentaire
  • Matt

    Tous est très justement narré.
    Cependant, j’ajouterai un détail qui n’en était pas un, hier, au vue de son excellente prestation : le batteur de Datcha Mandala est d’un sacré niveau et à livré un set épique et tout en maîtrise !

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter