WINDHAND + MONOLORD + CONAN + SATAN’S SATYRS – 08/10/2017 – Paris (Glazart)

Cela faisait un petit moment que les Stoned Gatherings n’avaient pas organisé de réjouissances sur Paris. Résultat : le peuple commençait à gronder aux portes du Glazart, prêt à tuer pour se mettre quelque chose sous l’oreille après ces quelques mois de disette. Sous la pression, les SG ont décidé de nous offrir une soirée qui devait rassasier tout le monde pour un petit moment, avec Satan’s Satyrs, Conan, Monolord et Windhand.

Suite à des problèmes logistiques chez Satan’s Satyrs, le line up de la soirée est légèrement modifié et c’est aux anglais de Conan d’ouvrir la soirée. Conan n’est plus vraiment à présenter, tant la hype qui gravite autour du groupe depuis un moment est devenue importante (agaçante?), c’est donc sans étonnement que la salle est déjà bien remplie. Accordons leur cela, voir Conan en live est toujours la garantie de recevoir une baffe auditive : c’est gras comme un sandwich beurre-saindoux et lourd comme un sketch de Bigard. Et au Glazart, ça donne un gros bourdonnement informe qui fait vibrer le slip, rien d’autre. Une fois décernée la palme de groupe le plus massif du moment, il ne reste malheureusement plus grand chose. « Crown Of Talons » ouvre le concert, ça fait toujours plaisir à entendre, mais tout ça devient vite ennuyeux et linéaire… En somme, c’est un concert à l’image de la discographie du groupe, qui peut se résumer à un copier-coller de Monnos, leur premier album. Conan s’épuise et ça fait peine à voir. Parfois, soigner ses artworks ne suffit pas.

Conan

Il est 20h40 et les suédois de Monolord présents sur scène et s’affairant aux derniers réglages techniques commencent à faire mourir d’impatience la foule amassée au pied de la scène, la chaleur n’arrangeant rien. Enfin, les premières notes de « Where Death Meets The Sea » de leur dernier album Rust résonnent et les têtes commencent à remuer. Oui, parce qu’impossible de faire autrement face à ces riffs ultra entêtants bourrés à la fuzz et à cette voix hypnotisante (que l’on peine un peu à entendre). Monolord est en effet assez doué dans l’art de la formule obsédante, et le morceau suivant « We Will Burn », vient à nouveau nous le démontrer. Après un Conan au jeu scénique proche du néant, l’énergie que dégage les trois suédois fait du bien et réveille la salle.

Monolord

Lorsque les membres de Satan’s Satyrs investissent la scène et démarrent leur set, on pourrait croire à une mauvaise blague. Entre les deux guitaristes moustachus et torse nu, le chanteur bassiste est habillé d’un débardeur panthère et nous rappelle plus Twisted Sister que Black Sabbath. Pourquoi pas, mais sur une affiche comme celle là, on ne s’attendait pas forcément à ça. Pourtant, on s’aperçoit rapidement qu’on est très loin de la légèreté glam : c’est couillu, riffesque à mort, et le public (largement moins présent qu’aux deux précédents groupes, il faut l’admettre) se prête au jeu et finit par prendre son pied. On pense à du hard, du heavy, un peu de punk, et aussi à Jagger periode Exile on Main St. Des problèmes de volume subsistent au niveau de la voix du chanteur, trop en retrait. Finalement, on ne l’avait pas vu venir mais Satan’s Satyrs a livré le concert le plus fun de la soirée.

Satan’s Satyrs

Après avoir allumé quelques bâtonnets d’encens, Windhand démarre son set avec « Orchard », extrait de l’excellent Soma. Un très bon morceau qui illustre parfaitement ce qu’est Windhand : une chanteuse à la voix envoutante arrosée d’une bonne dose d’écho, des riffs simples, lents et pesants auxquels viennent s’ajouter quelques petits soli lugubres déformés par une wahwah.
Windhand ne casse pas les nuques mais fait plutôt rentrer en transe, les yeux fermés et le corps engourdi et remuant lentement au rythme de ses longs morceaux sombres et fascinants.
Malheureusement, une fois de plus, la voix de Dorthia est trop peu perceptible à côté des instrus qui eux balancent le ketchup. Le set des américains reste parfait et nous a plongé dans une véritable léthargie jouissive.

Windhand

En conclusion et sans trop de surprise, les Stoned Gatherings nous ont à nouveau régalé avec une très bonne soirée, malgré des problèmes évidents sur les voix. Une déception tout de même avec Conan, qui m’a définitivement convaincu que ce groupe n’avait plus grand chose à apporter et commençait vraiment à manquer d’inspiration. Sans rancune.

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter