Freak Valley festival 2020 : les 10 groupes à ne pas manquer

Du 11 au 13 juin prochain, tout le gratin du stoner va se retrouver non loin de Cologne pour la traditionnelle sauterie du Freak valley festival, neuvième du nom. 2 scènes, aucun groupe qui se chevauche, vous avez une trentaine de groupes en 3 jours et vous pouvez tous les voir, pas besoin de s’arracher les cheveux pour organiser votre journée… L’intégralité de la programmation n’est pas encore connue (il manque près de la moitié des noms, l’orga prenant un malin plaisir à nous faire trépigner d’impatience), les billets se sont arrachés en moins de 30 minutes en octobre dernier et les plus chanceux d’entre nous pourront se régaler d’une belle programmation éclectique :

 


Fu Manchu

Parce que les légendes sont éternelles et qu’après Brant Bjork l’an passé, on continue de rayer des noms sur notre liste « à voir avant de mourir d’un virus chinois ou d’autre chose »…

 

 

Elder

Parce que ce sont 5 lettres mythiques dans le petit microcosme du stoner… Elder, ou la garantie d’un moment grandiose et unique. La preuve: lors de leur dernier passage au Freak valley en 2016, le groupe avait joué… l’intégralité de leur album « Lore »…

 

Witchcraft

Parce que chaque sortie de l’énigmatique Magnus Pelander est toujours un événement, et qu’un nouvel album (« Black Metal ») est attendu dans les prochains mois…

Pelican

Parce que le post-metal mérite sa place dans la fratrie stoner et qu’on a hâte de frissonner devant les barrières, surtout quand le quatuor américain nous pond une galette de la trempe de Nighttime stories…

Stoned Jesus

Parce que les ukrainiens sont des bêtes de scène confirmées… Et puis entendre à nouveau « I’m the mountain » en live fait saliver d’avance… [ndlr : une partie de la rédaction de Desert-Rock se désengage fermement de ce dernier postulat]

Pontiak

Parce que le look du trio (savant mélange entre Di Caprio période « The revenant » et la pilosité exubérante des Kadavar) interpelle presque autant que leur blues psychédélique planant.

Elephant Tree

Parce qu’on attend avec impatience le moment où nos nuques vont se dévisser et nos chaussettes vont descendre toutes seules dès que le groupe va entonner « Aphotic blues »…

The Neptune Power Federation

Parce que le look déjanté de la frontwoman nous intrigue… Et qu’on adore quand c’est une demoiselle derrière le micro, çà nous change des barbus ! Assurément, l’ovni de cette programmation.

 

Monomyth

Parce que l’album Orbis quadrantis contient assez d’envolées lysergiques pour nous faire planer pendant au moins 3 jours !

We Hunt Buffalo

Parce que, malgré cette mode assez chiante qui consiste à bouffer des choses qui poussent dans la terre, l’idée de chasser le buffle est finalement assez trippante…

 


On espère encore voir de beaux noms accompagner cette affiche déjà alléchante mais on ne se fait aucun souci, le festival allemand ayant toujours eu un goût certain pour sa programmation, entre valeurs sûres et pépites méconnues…

 

Toutes les infos ici sur leur page facebook : https://www.facebook.com/freakvalley/

celle de l’événement facebook associé : https://www.facebook.com/events/2434350453469407/

ou leur site web : http://www.freakvalley.de/

Hellfest 2020 : les 10 groupes à ne pas manquer sous la Valley

Comme chaque année le Hellfest a publié son line up étourdissant, avec plus de 150 groupes. Et il y a quelques jours, le festival a confirmé l’ajout de quelques groupes sympas sur l’affiche (Mastodon, Rival Sons…). Même si l’on peut constater un recul du nombre de formations stoner, devant partager sa précieuse Valley avec de plus en plus de styles transverses (et parfois qualitatifs, ne soyons pas fermés), nous avons tenu à mettre en avant 10 formations stoner (ou presque) que l’on vous conseille vivement de voir live durant la grand messe Clissonaise de juin.

 

  • 10/ Electric Wizard (Vendredi) : Nous ne vous ferons pas l’affront de vous présenter Electric Wizard ici, si le groupe vous est inconnu c’est que vous vous êtes perdus. Mais il serait mentir que de dire que toute la discographie du Wizard se vaut, ni de proclamer haut et fort que leurs concerts sont toujours inoubliables. Faudra donc croiser un peu les doigts et espérer de vieux titres et un moment de magie de la part de ces légendes du doom UK.

 

  • 9/ OM (Vendredi) : OM en live ce n’est pas forcement pour tous le monde et les moments de grâce (réels) ont parfois laissé place à de longues plages d’ennui. C’est que le drone du groupe ne peut pas maquiller une éventuelle baisse de régime derrière une avalanche de distorsion. A voir ce qu’il en sera pour ce live au Hellfest.

 

  • 8/ Greenleaf (Vendredi) : Greenleaf en live vous a t’il déjà déçu ? Nous non plus. Alors une bonne dose de pur stoner groovy est à prescrire et ce dès le vendredi. Si quiconque vous dit le contraire, dites que vous avez un mot du médecin.

 

  • 7/The Picturebooks (Samedi) : duo blues percussif et bruyant aux accointances stoner évidentes (en plus de leur débuts chez Riding Easy on sent ici tout le worship des 70’s et cette implacable volonté de faire du boucan), The Picturebooks semble constamment sur la route. Pourtant leurs passages en France sont rares (en dehors de Paris, uniquement deux dates dans l’est en 2017) alors que leurs prestations live sont toujours aussi recommandables.

 

  • 6/Ecstatic Vision (Vendredi) : Drôle de trajectoire que celle d’Ecstatic Vision. En effet le groupe de Philadelphie a tout explosé en 2015 avec Sonic Praise, un album convoquant le meilleur d’Hawkwind et la folie psychédélique plus actuelle d’Earthless. Signature chez Relapse Records, concerts d’anthologie au Roadburn puis un peu de n’importe quoi avant un retour sérieux quoique plus humble chez Heavy Psych Sounds en 2019. Reste que la scène est le meilleur endroit où découvrir Ecstatic Vision, groupe qui n’a d’autre objectif que celui de vous faire décoller.

 

  • 5/ ASG (Vendredi) : 5 ans qu’ASG n’a pas mis les pieds sur le festival. Et 2015 a été leur seule participation (puisqu’ils avaient dû annuler leur venue en 2012). ASG est et semblera toujours être le mal aimé de la scène, celui qui n’aura jamais le petit coup de pouce du destin qui lui fera passer un palier. Et pourtant. Et pourtant que ce soit en live ou sur album, leur musique, à la fois lourde et lumineuse, se rapprochant du meilleur de Red Fang ou du plus mélodique de Mastodon, est d’une qualité exceptionnelle. Il est temps que l’on soit, beaucoup, mais alors BEAUCOUP plus nombreux à se rendre compte du bonheur que c’est d’écouter ASG.

 

  • 4/ Duel (Samedi) : Quelle bande d’impatients ces Texans. Non vraiment. Après avoir sorti un superbe premier album en 2016, accumulations d’idées fourmillants depuis des années, et face à la belle réception critique qu’ils ont reçu, Duel s’est empressé de battre le fer tant qu’il était chaud en publiant deux autres albums (2017 et 2019) qui auraient franchement pu en faire un très bon au lieu de deux corrects. Résultat, la hype qui entourait le groupe est un peu retombée. Reste que leurs meilleurs titres sont ceux qu’ils jouent en concert (le contraire serait absurde) et que leur mixture convoquant autant Pentagram que Thin Lizzy est d’une efficacité redoutable. On tient surement là la révélation du Hellfest 2020 pour les suiveurs moins informés que Desert Rock en matière de stoner rock.

 

  • 3/ Abrahma (Dimanche) : un peu esseulés le dimanche (avec Hangman’s Chair), Abrahma va pouvoir ENFIN montrer au festival de quel doom ils se chauffent. C’est que le groupe, en constante évolution musicale (et délicatesse de line up) a mis du temps (presque 10 ans) à trouver son public. Mais aujourd’hui, fort d’un troisième album poussant à fond les préceptes peu optimistes dictés par Paradise Lost ou Type O Negative, le groupe a de solides arguments à faire valoir et se voit récompensé par quelques dates précieuses en festivals. Un groupe trop rare pour être snobé.

 

  • 2/ Elder (Vendredi) : Elder est le groupe stoner de cette décennie. On est d’ailleurs pas les seuls à le penser, le site The Obelisk leur a d’ailleurs officiellement attribué le titre. Auteurs d’un quasi sans faute que ce soit sur album ou en live, Elder enchante à chaque passage et a, soyons clairs, tous les attributs d’un futur headliner de Valley. Rater leur concert est impensable, d’autant plus qu’ils devraient venir avec sous le bras quelques nouveaux titres issus de leur album à paraître cette année.

 

  • 1/ High On Fire (Samedi) : Un concert de Matt Pike, peu importe le nombre d’orteils en moins, est et restera la meilleure chose qui peut vous arriver dans votre vie. Alors préparez vous à prendre des nions et à en filer.

 

 

 

Bonus : Ce n’est pas stoner mais ça a lieu sous la Valley et ce serait dommage de passer à côté :

  • Envy : Les concerts d’Envy sont parmi les choses les plus fortes qui puissent être vécues. Faites vous une faveur, ne ratez pas ça.
  • Killing Joke : L’un des tout meilleurs groupes de l’histoire, tout simplement.
  • Hangman’s Chair : clairement parti sur d’autres rives que le sludge/doom de leurs débuts, Hangman’s reste aujourd’hui le groupe qui incarne le mieux Paris dans les côtés les plus sombres et dépressifs.

Pour toutes les infos, rendez-vous sur https://www.hellfest.fr/ et abonnez-vous à leur page Facebook : https://www.facebook.com/hellfest

Se connecter