Vidéo live : Witchcraft “No Angel or Demon” – live Up in Smoke 2018

Vidéo live : Witchcraft “No Angel or Demon” – live Up in Smoke 2018

 

UP IN SMOKE : la totale côté line-up et les 10 groupes à ne pas rater

Le Up In Smoke festival reprend ses quartiers d’automne pour une nouvelle édition les 5 et 6 octobre prochains. Jouissant d’un contexte géographique des plus intéressants, ce festival sis en Suisse, se situe dans la banlieue bâloise à la jonction de trois pays : l’Allemagne, la France et la Suisse.

En plus de son emplacement idéal, cette fête du riff permet aux audiophiles que vous êtes aussi d’assister à tous les concerts, qui se succèdent sur les deux scènes en évitant tout chevauchement. Si nous faisons abstraction de la gastronomie locale, il n’y a rien à jeter au programme de ces deux jours de fête qui s’annoncent une nouvelle fois de haut vol avec une organisation aux petites oignons qui prend même en charge les festivaliers peu argentés en proposant de passer la nuit dans la salle pour quelques pièces. On se voit là-bas avec une vingtaine de groupes, et je vous propose en particulier de ne pas louper une seule miette des formations suivantes :


Electric Wizard

Choix facile et pas très cascadeur : c’est culte et ça va jouer en tête de gondole dans une configuration à peu près similaire à ce que j’ai vu lors de la même fête il y a deux piges. Oui, mais du sang a dégouliné dans les douves du donjon depuis et même si leur prestation au Hellfest 2017 a largement convaincu, ils ont commis Wizard Bloody Wizard depuis et ont provoqué une scission au sein de notre communauté entre les pro et les anti : ce sera l’occaz de constater sur pièce !


Kadavar

Ceux qui les ont vus sur scène ces derniers mois le savent, mais les autres feraient bien d’aller voir (en plus d’écouter) car la french touch du groupe a sacrément pris de la bouteille et le bassiste concentré que nous avions vu sur ces planches en 2014 est devenu un entertainer épatant depuis.


Witchcraft

Les Scandinaves sont plutôt rares sur scène et je ne vais pas vous mentir : c’est très très bon sur scène ! Il serait carrément débile de ne pas aller se taper un énorme show de la formation venue du froid qui revient gentiment sur le devant de la scène après la sortie de Nucleus il y a une poignée d’année. Les hippies apprécieront l’exercice à coup sûr et les autres feraient bien de s’approcher de l’orchestre car c’est une formation sensationnelle qui fondra sur Bâle.

 


Acid King

Certains lecteurs se demanderont pourquoi je continue à namedropper les groupes « connus » et je ne saurai leur en vouloir. Je cite ce groupe incontournable de la scène stoner uniquement parce que quand on a fondé un site francophone consacré au stoner il y a plus d’une décennie avec trois autres illuminés : Acid King était déjà là et nous faisait déjà bander ! Aujourd’hui que le stoner est sorti de l’undeground, le groupe a conservé son statut en voyant lui passer devant une ribambelle de formations pas toujours meilleures, mais clairement plus dans la hype : un jour justice sera rendue et les Américains auront la reconnaissance grand public qu’ils méritent plutôt que de truster les positions à mi-hauteur sur les affiches de festival !


Elder

Le combo de Boston revient au Z7 pour la deuxième fois en trois éditions seulement et ces lascars ne font plus partie des newbies on est d’accord. L’intérêt pour le Bâlois qui n’auraient pas eu la chance d’assister récemment à un concert d’Elder est certainement le fait que leur art est désormais déployé à quatre plutôt qu’à trois comme c’était le cas par le passé. Cette configuration leur sied à merveille et nous avons pris un sacré panard au printemps dernier lorsque nous avons assisté à leur show lors de la fête du désert de la capitale allemande.


Dopethrone

Après avoir écumé la quasi-totalité des événements estampillés stoner, les Canadiens peuvent enfin ajouter le Up In Smoke sur leur imposant CV. Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter une formation que vous connaissez à coup-sûr, mais me réjouir d’assister à un set revanchard suite à leur prestation de l’été dernier au Hellfest qui fût émaillée de pépins techniques : vous pouvez compter sur ces dingues pour foutre le feu au propre comme au figuré et l’ambiance fin de siècle du site du festival à l’ombre des cheminées de la chimie bâloise ne fera que solidifier l’ambiance fin du monde qui suinte par tous les pores de l’art total de Dopethrone !


Sasquatch

Encore un mythe de la scène étasunienne à l’affiche de ce Up In Smoke 2018 ; encore un groupe qui était là naguère, encore une énorme formation scénique, encore un groupe que nous ne croisons pas très souvent dans nos contrées, encore une bonne raison d’assister à ce festival et encore un set à ne louper sous aucun prétexte car ces types sauront trouver le juste niveau pour fédérer les amateurs de plans aériens et les bourrins de l’assistance qui pourront se la donner en remuant leurs carcasses sous les assauts soniques déployés par une formation qui en a sacrément sous le pied malgré les années !


Farflung

Ces vétérans de la scène space ricaine seront aussi au rendez-vous et eux aussi ils ont su éviter soigneusement de se produire par chez nous ces dernières années. C’est donc une obligation que d’aller assister à une performance peu conventionnelle, mais carrément enrichissante développée à base de bidouillages tordus et de grosses rythmiques traditionnelles servant de base à des vocaux qui évoluent hors des sentiers battus. Plus qu’un concert : c’est une expérience transcendantale qui vous attend cher public !


Humulus

Les Transalpins d’Humulus sont rarement à portée de nos radars pourtant affûtés depuis une pétée d’année et pourtant ils semblent toujours être actifs. Actifs dans un registre heavy rock bien saturé et très traditionnel, c’est un peu la formation qui a le potentiel de faire de l’ombre à Sasquatch tant ils se trouvent à la croisée du registre pugnace et du registre pour fumeurs de joints apathiques… Une occasion de se frotter à un produit construit pour emballer son public lors de ce type d’événements, sans révolutionner le monde, mais en enfonçant le clou un peu plus loin avec la conviction de ceux qui savent.


Six Months Of Sun

Attention, attention : la formation genevoise que j’affectionne depuis leurs débuts se retrouve à l’affiche de cet événement incontournable du petit monde du stoner dans leur pays d’origine. Pourtant peu chauvin, je me réjouis de voir ces mecs venant de la même ville de Romandie que ma pomme fouler les planches de ce festival au rayonnement international car c’est bien à ce niveau que doit se situer ce groupe qui a avalé, assimilé, digéré et transcendé tous les ingrédients qui font du stoner ce qu’il est aujourd’hui. Je souhaite à Six Months Of Sun un carton plein à Bâle et je parie sur un pic de popularité auprès de notre communauté après ce set !


Les infos :

UP IN SMOKE INDOOR FESTIVAL #6
5 th Oct. – 6 th Oct. 2018
Info: http://www.upinsmoke.de
Tickets: https://www.sol-tickets.com/produkte/18-tickets-up-in-smoke-konzertfabrik-z7-pratteln-am-05-10-2018
Salle : Z7 Konzertfabrik, Pratteln (Suisse)

 

 

Le Top Albums 2016 de Desert-Rock

top2016

C’est un peu devenu la rengaine de répéter chaque année “ouh la la, qu’il fut difficile de choisir les 15 lauréats de l’année”… Ben purtant c’est vrai, en fait. Pour tout dire, autant Mantar a quasiment fait l’unanimité au sein de notre rédaction en 2016, autant les suivants du classement sont pour la plupart dans un mouchoir de poche. Signe d’une année où les albums de haut niveau se sont enchaînés, sans qu’aucun groupe n’ait “écrasé la concurrence” comme ce fut le cas certaines années précédentes.

Mais foin de bla-bla, voici donc le TOP 15 (oui, 15, car 10 c’était trop juste…) :

1) Mantar – Ode To The Flame

La structure bicéphale du nord de l’Allemagne explose nos attentes avec cette seconde production dévastatrice, qui mixe des styles plutôt underground (doom, crust, stoner, metal, etc.). Bénéficiant désormais du support d’un major et omniprésent sur scène depuis ses récents débuts, Mantar n’avait pas besoin d’atteindre l’âge de la maturité pour s’imposer comme fer de lance du côté obscur de notre univers avec la quintessence de violence qu’est Ode To The Flame.

2) Cough – Still They Pray

Still They Pray mélange des morceaux plongeant dans un calme en apesanteur et d’autres bien plus plombants qui nous font rapidement redescendre sur Terre par leur violence et leur noirceur. Un album entre le morbide et le sublime.

3) Sunnata – Zorya

Ecouter Zorya est la garantie de partir pour un voyage onirique aux ambiances multiples, où l’auditeur n’a jamais le temps de se reposer. Zorya frappe fort et par la même occasion, fait rentrer Sunnata dans la cour des grands.

4) Mars Red Sky – APEX III (Praise for the Burning Soul)

Les Bordelais développent album après album leur son si personnel et envoûtant. Par étonnant de retrouver le fer de lance de la scène française dans ce classement tant Apex III place la barre encore très haut.

5) Fatso Jetson – Idle Hands

Les parrains du desert rock n’ont rien perdu de leur talent et de leur inspiration. Ils sortent un album dans la continuité de leur production (comprendre : barré et original), ne jouent pas la facilité, et ce faisant, confortent leur place “à part”. Après plus de vingt ans de carrière, et en injectant toujours un peu de sang neuf, le groupe est toujours pertinent. Un très grand Fatso Jetson.

6) Domadora – The Violent Mystical Sukuma

L’un des groupes français les plus intéressants et les plus rares (sur scène et sur album) transforme son essai avec un second album toujours hybride, sur le fil entre jam et compos. En jouant sur ses points forts, Domadora livre un disque sincère et attachant.

7) Witchcraft – Nucleus

Élan de fraîcheur pour un groupe qui avait déjà beaucoup apporté en terme d’originalité, Witchcraft a su continuer à se surpasser en dépassant de nouvelles frontières musicales : lourdeur simple et efficace mêlée à des mélodies et des arrangements décapants. Un album vivant et intelligent.

8) Blaak Heat – Shifting Mirrors

L’album des franco-américains est d’une telle richesse musicale et d’une telle rigueur rythmique qu’il est normal de le retrouver dans le top de cette année. Se priver de leur orientale mentalisante musique serait une erreur.

9) Inter Arma – Paradise Gallows

Creusant un peu plus le sillon d’un heavy/doom épique, Inter Arma nous offre avec Paradise Gallows un voyage aussi sublime que terrifiant le long d’un fleuve de tourments.

10) Duel – Fears Of The Dead

Excellente surprise venue du label Heavy Psych Sounds, Duel reprend le flambeau là ou Thin Lizzy l’avait l’abandonné. Guitares galopantes, tubes à gogo, groove délicieux, le feel good album par définition.

11) Wo Fat – Midnight Cometh

Les patrons du gras game. Six albums déjà où la qualité ne décroît jamais. Du riffing monstrueux soutenu par un son de porco-rosso, on est typiquement dans de la boucherie de qualité, de celle qu’on aime à recommander à ses amis amateurs de charcutaille.

12) Greenleaf – Rise Above The Meadow

Désormais plus qu’installé dans le paysage, les Suédois prouvent qu’il est encore possible en 2016 de publier un album de pur stoner rock en étant pertinent et inspiré. Bravo.

13) 1000 Mods – Repeated Explosure To…

En seulement trois albums, 1000mods est devenu un groupe incontournable et nous offre un bijou musical qui rime avec authenticité et originalité pure. De la grosse lourdeur qui vous prend aux tripes et une musique qui flirte avec les racines du rock 70’ tout en la transposant dans notre nouveau siècle ; un album qui tend à devenir culte.

14) Monkey 3 – Astra Symmetry

En poursuivant leur quête de la sainte mélodie, les suisses jouent l’accalmie mais restent, encore et probablement pour toujours, capables d’enchanter sur quelques notes de leur space rock astral et planant. Bon voyage.

15) Dot Legacy – To The Others

Débordant de créativité et d’énergie, le quatuor parisien matérialise sur son second disque ce qui fonctionne si bien pour leurs prestations scéniques. Effort d’autant plus remarquable que les compos, complètement barrées, ne manquent pas de maturité. Le meilleur des deux mondes, en quelque sorte.

 

Pour tout dire, l’an dernier 60 albums avaient été cités par nos chroniqueurs, et cette année c’est 100 albums au total qui ont retenu leurs votes ! Aux portes du classement (dit autrement : “il s’en est fallu de très peu”…), des albums de grande classe qui méritent eux aussi d’être entendus : Gozu “Revival”, Svvamp “Svvamp”, Los Disidentes Del Sucio Motel “Human Collapse”, Causa Sui “Return to Sky”, King Buffalo “Orion”, The Texas Chainsaw Dust Lovers “Me And The Devil”, Salem’s Pot “Pronounce This”, Khemmis “Hunted”, Black Rainbows “Stellar Prophecy”, Elephant Tree “Elephant Tree”, The Lumberjack Feedback “Blackened Visions”, etc…

Et c’est parti pour 2017 !

Se connecter