Greenleaf – Rise Above The Meadow


635_Greenleaf_RGB

Débuté à l’orée des années 2000 comme side project de quelques membres de Dozer, Greenleaf est devenu, à force de changements de personnel, une sorte d’hydre vocale du stoner suédois, accueillant en son sein les vocalistes de Lowrider, Dozer et Truckfighters. Depuis Trails And Passes (Small Stone / 2004), c’est Arvid Jonsson, chanteur à la voix plus notable que son pédigrée, qui se tient derrière le micro. Greenleaf est devenu, au fil des ans un projet plus actif que Dozer et chacune de ses actualités, albums comme concerts, devient un évènement. Actif depuis 1999, il faut reconnaître aux Suédois une certaine paternité du stoner rock de ce coté ci de l’atlantique. Peu de groupes (sont-ils les seuls ?) peuvent se vanter d’avoir proposé un stoner rock de facture classique durant 15 ans sans lasser. Et ce n’est pas leur sixième publication, Rise Above The Meadow, qui viendra infirmer cet état de fait.

La formation, menée par l’indéboulonnable Tommi Holappa (qui n’aura cette fois changé que de bassiste) continue de tracer sa route, dans le sillon de leur album précédent. Dès le riff du single « A Million Fireflies », l’ombre de Kyuss plane, elle qui a toujours été au dessus des albums de Dozer. Le grain de guitare épais et plombé est adouci par la voix de Jonsson, dont les lignes envoutantes sont la plus grande qualité de cet opus. En deux albums, ce dernier aura par ailleurs surpassé sans trop de discussion ses illustres prédécesseurs. Son timbre parfois chevrotant, toujours puissant, fait des miracles, rendant notables les compositions les plus faibles (« Howl ») et sublimes les plus inspirées (« Levitate And Blow »). Si l’incartade sur le terrain balisé des Queens Of The Stone Age (« Golden Throne ») est assez dispensable, il n’en reste pas moins que ce disque, l’un des plus intéressants de la carrière de ce groupe à part, prouve qu’avec un peu d’inspiration et un bon chanteur, il est encore possible de faire du bon stoner rock classique en 2016. Bravo.

 

Point Vinyle :

Qui dit Napalm Records dit soin apporté aux vinyles. Pour le Greenleaf, ce sont des doubles LP Gatefold 180g qui ont été pressés. Comme à leur habitude, trois versions disponibles : 200 couleur or, 300 bleus (ces deux derniers uniquement disponibles sur le site de Napalm) et des Lps classiques, en noir. Faites votre choix.

Note des visiteurs
   (9.5/10 - 2 votes)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter