Headcharger – Slow Motion Disease


Headcharger - Slow Motion Disease

Après 2 ans d’absence, revoilà nos frenchys normands de Headcharger, avec le successeur du très bon « The end starts here ». Intitulé « Slow motion disease », ce quatrième opus s’éloigne (définitivement ?) des frontières du stoner avec lesquelles son prédecesseur flirtait et établit clairement ses quartiers dans le monde du rock n’roll gras et couillu. Le titre d’ouverture « All night long » donne d’ailleurs le ton et pose clairement cet album en digne du successeur du précédent effort, tant il est imprégné de ce que laissait déjà entrevoir « The end starts here ». Les 12 morceaux de cette galette sont donc autant de titres hard-rock pur jus que n’aurait pas renié The Almighty. Certaines sonorités me font d’ailleurs immanquablement penser au gang de Ricky Warwick. Résultat : ce « Slow motion disease » est beaucoup moins « complexe » que le(s) précedent(s) opus, et donc plus facile d’accès……pour un plaisir immédiat. Le seul reproche que l’on peut faire à ce disque vient, en l’occurence, de son côté finalement assez conventionnel : « Slow motion disease » n’apporte pas grand chose de nouveau au sujet et a déjà été entendu par le passé à maintes reprises. Les amateurs d’AC/DC (cf « Should be runnin’ ») et consorts peuvent donc se jeter les yeux fermés sur cet album qui ne manquera pas de les satisfaire, d’autant qu’une édition avec un DVD bonus (et live) et disponible dans le commerce. Quant à ceux que font frissonner les expériences musicales nouvelles : passez votre chemin.

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter