High On Fire – Electric Messiah


Cette chronique ne fera pas sens pour le commun des lecteurs, pas plus de sens en tout cas que les paroles de ce bon Matt.

Quelque part dans le temps (mais vachement dans les années 90 quand même) : Au commencement il y avait Sleep. Les 4 éléments comme ultime rempart contre le mal, conservés dans un temple quelque part dans le désert, avec Matt Pike en débardeur et Al-ziz Cisneros pour la lumière. Puis les 4 éléments ont été dispersés. La terre a servi à faire pousser de l’herbe et l’air à aspirer les vapeurs cannabiques récoltées. L’eau donna OM entité spirituelle aux drones de sonorités et le feu bien sûr forgera le métal le plus pur, celui d’High On Fire.

2018. Californie. Mais dans quelles vapeurs cosmiques, dans quel ziggourat mésopotamien Matt Pike va t’il puiser une telle inspiration? Après avoir assis ce que le monde compte de doomsters avec The Sciences en avril, monolithe musical déjouant les/mes pronostics quant à la pertinence d’un retour musical de Sleep en ces temps de cigarettes électroniques, l’homme à la célèbre raie de plombier revient avec un second album dans la même annualité calendaire. Avec High On Fire donc, flamboyante formation qui depuis désormais 20 ans nous inculque l’art du self-défense, le moustachu revient aux affaires dans un grand fracas d’acier et de fureur. Et je ne vous ferai pas passer des serpents pour le Divin, ce nouvel album est on ne peut plus solide. Par bien des égards en effet, High On Fire est à la crasse stoner metal ce que Motörhead est au heavy metal. Un groupe emblématique et respecté de toutes les sous-chapelles, privilégiant rythmiques galopantes et voix glaireuse comme si Matt Pike était enveloppé des ailes noires bénies de Lemmy Kilmister. Rien d’étonnant alors que le 8ème album de cet autre trio infernal soit dédié à cette légende aujourd’hui défunte. Un messie électrique, un être luminifère dans ce monde obscur nourrissant la paranoïa de Pike, convaincu d’être encerclé par les voleurs. La mort est cette communion nécessaire, permettant aux vivants de s’accrocher et de rêver à de meilleurs futurs. Et Electric Messiah est un album plein de vie.

S’il est toujours difficile de tout comprendre aux obsessions de Pike, ne tâchons pas forcement de percer le mystère des vers (selon ses termes certains titres de l’album sont des parties d’un opéra rock sumérien qu’il a écrit) mais attardons nous sur le fourmillement d’idée que renferme l’album. Toujours produit par Kurt Ballou (3 d’affilée, voilà qui ressemble à une vraie relation de confiance), le disque dégueule littéralement d’idées. Que ce soit le riff tourbillonnant de « The Witch and the Christ » ou la pièce de choix que sont les 10 minutes martiales et rampantes de « Sanctioned Annihilation », tout ici suinte la classe. Il y a « Electric Messiah » bien sûr, single frappant aussi sourdement qu’un lourd marteau, il y a « Spewn from the Earth » mais il y a tout le reste aussi et la définitive « Drowning Dog » clôturant sublimement ce disque, qui se place indubitablement parmi les plus belles réussites d’High On Fire. Et puis merde si ni mes mots, ni la pochette, entre sublime et abomination, ne vous ont pas convaincu, sachez que ce disque comporte un titre nommé « Steps of the Ziggurat / House of Enl ». L’un des albums de l’année, mais qui en aurait douté ?

 

Point Vinyle

Opaque n’est pas la couleur d’un des pressage mais bien la communication de E-one, le label, trop occupé à vendre du Ace Frehley aux quinquagénaires. Donc pour cet album vous avez deux ambiances possibles : soit le noir classique sur Amazon, fnac, votre disquaire etc. soit les bundles sur le site d’HoF permettant d’accéder aux pressages White (500 ex) et Purple (500 ex) pour 45 dollars (avec Tee shirts et goodies). Il semble qu’une version rouge soit dispo mais c’est aussi clair que le lien entre les reptiliens et le 11 septembre (si y a un lien, Matt Pike vous expliquera).

Note de Desert-Rock
   (9/10)

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter