Kyzyl Kum – Sable Rouge


kyzyl-kum
Un groupe c’est d’abord un nom : Kyzyl Kum… ça sonne original et ça fait apprendre des choses, le saviez vous : Le désert du Kyzylkoum ou désert du Kyzyl-Koum (en ouzbek Qizilqum, qui signifie littéralement « sable rouge ») est un désert partagé entre le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et, pour une petite partie, le Turkménistan. Voilà pour la leçon de culture. Etonnamment l’album ici chroniqué se nomme Sable Rouge. Coïncidence ?

Ensuite c’est une pochette et on comprend que nos amis d’Angoulême sont dans leur démarche artistique propre. A quoi bon les codes, les gens bien pensant de la sphère musical, les faux-semblants : Kyzyl Kum propose son digipack cartonnée fait maison. Dessins réalisés par les membres du groupe et son entourage, on adhère ou non c’est leur style. Dans le même esprit je vous recommande leur présentation facebook, âme sensible s’abstenir.

Tout ça pour prendre conscience d’une chose : le plus important c’est la musique (et pas les titres des morceaux non plus). Après une intro pour nous faire pénétrer dans leur univers, le duo instrumental nous entraîne dans son usine à riffs. Le son est saturé comme il faut, comme une bonne grosse démo professionnelle. Si c’est bien d’un duo guitare/batterie dont on parle, une basse résonne en fond de mix comme pour donner un peu d’assise à l’ensemble.

On pense à Karma to Burn sur certains plans un peu vitaminés mais c’est surtout quand ils invoquent les démons d’Electric Wizard (première génération) que les Angoumoisins sonnent le plus juste. L’aspect riff crade en boucle avec quelques ambiances sonores en fond. Plus à l’aise sur ces tempos ralentis la batterie écrase et nous rapproche des tourments générés par les riffs hypnotiques de la guitare.

On sent que la crèmerie tourne depuis quelques temps et que l’idée est de faire du bon beurre d’artisan et pas de la margarine allégée industrielle. Seule ombre au tableau les idées sont bonnes mais les arrangements sont un peu bruts. Souvent les riffs tournent et s’enchainent mais manque la cerise sur le gâteau qui ferait décoller l’ensemble.

Un groupe qui assume, qui fait taper du pied, qui fait planer et qui donne envie d’être suivi parce ce premier grain de sable dans ce désert est prometteur.

Ain´t-One

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter