Fu Manchu, 19 novembre 1999, Kulturfabrik, Esch/Alzette, Luxembourg

Environ 450 personnes. Il n’est possible de comprendre cette chronique qu’à l’aune d’un précédent concert de FU MANCHU au Nachtleben à Francfort (Allemagne) le 16 janvier 98. Leur prestation fut, ce soir là, gigantesque. Et le superlatif est faible. Le plus beau concert de ma vie et du monde à ce jour, parole de Brotherfab.

Nous sommes donc un an et demi plus tard. THE UNBAND ouvre la soirée. Energique soit. Mais le type de groupe à ne prendre sa pleine dimension que dans un petit club ou un bar. Pas dans cette salle disproportionnée. Et puis c’est un groupe stoner que nous attendions, du type SPIRITUAL BEGGARS (magnifiques eux aussi) comme lors de la dernière tournée du FU. Passons.

En 98 les FU MANCHU branchaient eux-mêmes leur guitares sur scène. En 99, trois roads s’en occupent. Tant mieux pour eux. Le concert démarre et tout de suite les doutes affluent. Mais où est donc passé leur son phénoménalement gras ? Mais où est donc passée leur inspiration (cf. chronique de King of the road) ? Mais où est donc passé le rouleau compresseur qui nous avait si magnifiquement ratatiné la face en 98 ? Les détracteurs de ces propos seront nombreux, je les entends d’ici. Mais bon les gars un peu d’objectivité. Le concert était honnête. Ok ! MAIS. La toute puissance du FU ne s’est exprimée que sur le dernier morceau du set : Mongoose et lors de l’unique rappel : Pigeon toe. Là oui ! La machine diabolique s’est révélée. Le headbanging était de nouveau de mise dans la salle comme sur scène d’ailleurs, si vous avez observé un peu.

Le FU nous a présenté son dernier album en ne nous offrant que de trop rares incursions dans ce qu’il a de meilleur : l’avant King of the road. Dommage pour ceux qui n’y étaient pas.

brotherfab 

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter