Volcano Sessions #2 (Blaak Heat, Abrahma, Sunder,…) – 27/08/16, au milieu des montagnes

C’est pas compliqué, là où il y a de la hauteur, y a un château. Les ancêtres des amis clermontois de Black Owl étaient soient des gros flippés, soit possédaient des actions dans l’BTP moyen-âgeux, toujours est-il que c’est au pied d’une de ces majestueuses constructions qu’une petite centaine de privilégiés s’est retrouvée pour ces Volcano Sessions #2. Cadre majestueux, temps solaire insolent, Saint Nectaire salivant, un Jo Riou Graphic Designer de rigueur pour tout événement stoner et 6 groupes balayant un champs large d’influences stoner, grunge et psychédélique, voilà les ingrédients réunis pour ce cocktail fort en bouche et riche en fibres.
Fuzzy Grass1
C’est sous les coups de 15h30 que débarque la ptite troupe de Fuzzy Grass, sa guitariste, son thérémine et ses riffs qui fleurent bon le zeppelin. La musique des toulousains passe crème en ce début d’après-midi et c’est sous les envolées vocales du chanteur que les premières blondes se font siffler la pinte comme il se doit. On craque des cigarettes, on fait le bisou aux copains, on croise Domadora qui chille tranquilou, on rencontre de nouvelles personnes en laissant le soin à Decasia de s’installer pépouze pour nous asséner ensuite ses jams maîtrisés. Ca groove collectif et le trio s’intègre parfaitement à la vue verdoyante qui s’offre à nous. Les notes, la ptite moustache, les envies rythmiques, ça elektrohash sévère chez le trio et ça n’est pas pour nous déplaire.
Decasia1
Bière-Clope-Jo Riou
Space Fisters0
Au tour de Space Fisters d’investir les quelques ptits mètres carrés de tapis-scène. Avec ces trois montagnards, la neige ne sera plus jamais en deuil tant leur musique jouissive rouste les séants et désarticule les moindres jonctions osseuses. Déstructuré, violent et gras, un régal pour les oreilles, un calvaire pour les headbangueurs. Soulevons nos gobelets en plastique à leur ingé son, Frank, qui à l’instar de celui de Mars Red Sky, nous concocte toujours un mix aux ptits oignons.
Le gaillard restera d’ailleurs aux manettes pour Sunder. Et le set des lyonnais résonnera parfaitement dans cet écrin naturel. Leur psychédélisme 60s vibrera de manière nouvelle, la voix faisant toujours des merveilles soutenue par ces claviers vintage. On va pas se mentir. On est foutrement bien. Black Owl détient un ptit diamant avec ce festoche.
Sunder1
Saint Nectaire-Jo Riou-Bière
La nuit est tombée, il fait un peu plus froid, il est temps pour Abrahma et ses riffs noir pétrole de débouler. Finie la gaudriole, on est là pour les tourments de l’âme et l’introspection. Le public est présent, abasourdi par les riffs et les litres de bière qu’il s’est enquillé. 5ème groupe de la journée, 5ème ambiance et l’environnement qui change lui aussi. Magique.
Abrahma1
L’alcool et la fatigue faisant leur effet, une spécialité culinaire à base de patate viendra sauver l’immense creux en nos estomacs chamboulés.
Et de finir cette journée par Blaak Heat et ses envolées orientales et dynamiques. Un ptit mix claudiquant ne viendra pas à bout des compos riches en vitamines du combo. Le dernier album se fera dérouiller de belle manière et l’on se sera ravi de les recroiser sur la route, les gaillards.
Blaak
C’est des étoiles pleins les yeux, de la bière plein le sang, des patates plein l’estomac et des orties plein les pieds que l’on regagne le camping Quechua sauvage, tout content que nous sommes de nous être fait déniaiser par la chouette noire et ses belles idées. Merci Black Owl, à l’année prochaine !
Panomara
Un grand merci à Red Door pour les photos ! Vous pouvez retrouver son travail par ici:
https://www.facebook.com/reddoorbdx/about/?entry_point=page_nav_about_item&tab=page_info

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter