WEEDPECKER + MAJOR KONG (+ Jurassic Leaf) – 09/06/2018- Nantes (La Scène Michelet)

Chez Desert-Rock nous n’avons pas assez souvent l’occasion de profiter du climat nantais et pour une fois l’opportunité était là, j’ai donc fait mon baluchon pour aller rendre visite à l’emblématique Scène Michelet. Ce haut lieu du Métal accueillait ce samedi Jurassic Leaf, Major Kong et Weedpecker sous la férule des Stoned Orgies, brillante organisation qui attire à elle les talents tel un vieux en imper à la sortie d’une école les petits enfants. La Scène Michelet quant à elle c’est déjà un bar qui sert profusion de curiosités houblonnées et ensuite une cour terrasse sur l’arrière où se précipite à chaque concert toute la fine fleur des amateurs de Stoner. J’y étais donc pour ainsi dire en famille.

 

Jurassic Leaf

Le clairon est sonné par les premières notes de Jurassic Leaf et dès lors tout le monde se précipite à l’étage, ancienne salle de danse reconvertie en salle de concert exiguë mais chaleureuse. Ce groupe venu tout droit de Lille pour porter les couleurs du Festival Rock In Bourlon délivre son Doom conventionnel qui petit à petit séduit l’assistance. Les nuques se raidissent gentiment sous le feu de ce trio instrumental. J’admets volontiers que si certaines coupes un peu franches dans les thèmes me déstabilisent, l’ensemble est loin d’être désagréable. Une preuve qu’il n’est pas nécessaire de réinventer un genre pour en maîtriser les codes et donner du plaisir à son auditoire. Le son est massif, le jeu scénique posé en général mais le bassiste et le guitariste sortent parfois de leurs gonds avec des postures plus énervées et un son fuzzé de gratte pas piqué des vers qui ambiance immédiatement. Déjà le set se clôture et les gars nous offrent le meilleur d’eux même et la preuve qu’ils savent gérer un concert.

 

 

Major Kong

Si Michelet, revendique un certain nombres de palmes sur son fronton, la plus surprenante reste celle du meilleur Sauna et ce n’est pas Major Kong qui fera mentir cette revendication! Ce groupe de Doom venu de Pologne je l’attendais depuis un petit bout de temps et force est de reconnaître que je n’ai pas été déçu. Si ce trio instrumental se présente avec l’humilité de celui qui ne connaît pas encore le succès, il y a fort à parier qu’un certain nombre le gardera en mémoire après cette soirée. Leur Métal pêchu, tout dans la lourdeur et la vitesse sait se poser et enlever des séries de notes aériennes comme sur “Transdimensional Holiday”, morceau qui n’est pas sans rappeler le travail de Karma To Burn. Tout le set sonne juste, énorme et puissant, une placidité dans le jeu qui n’est qu’une façade pachydermique avec un mention spéciale pour l’agilité du bassiste qui tricote à merveille du manche ( Sic “Quantum Elephantum”). Peu importe que la lumière rouge orangée de La Scène Michelet appauvrisse l’ensemble visuel et donne du fil à retordre aux photographes, c’est avec talent que Major Kong marque la salle et donne le sourire aux plus exigeants. Ma seule frustration aura été que la setlist ne comporte pas “Supercluster”.

 

 

Weedpecker

Après une longue, très longue attente au bar, il est déjà l’heure de remonter dans le sauna et la moiteur tropicale du lieu vibre des notes psychédéliques de Weedpecker, compagnons polonais du groupe précédent, il marquent tout de suite les esprits par un look coloré de hippie orientalisants. Si la version studio démontre une grande maîtrise instrumentale, le live n’a rien à lui envier. L’influence de leurs ainés de Elder est nette et laisse planer la foule qui remplit petit à petit la salle. C’est un voyage 70’s poussé à fond sur les enceintes. Côté chant Weedpecker fait les frais d’un chant à quatre où un léger manque de maîtrise ajouté à un probable retour trop puissant me font un peu décrocher avec un sentiment de désaccord.. Cependant l’ensemble est riche, musicalement maitrisé et le public se gave de notes planantes, le set passe à toute vitesse et il serait ingrat de dire que ce n’était pas plaisant. Le quartet offre sans retenue son troisième album à l’épreuve du live et de l’avis de ceux présents c’est un succès.

La soirée est une réussite au vu du monde encore présent au bar quelques quarante minutes après la fin des derniers accord et personne ne sort vraiment sec de l’endroit.

Un grand merci à Gaël Hervé Photo pour les clichés qui illustrent ce texte.

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter