ATOMIC BITCHWAX – mars 2005


A l’aube d’une tournée européenne qui passera par chez vous en compagnie des suisses Mean, nous avosn pris la température auprès du trio stoner reicain, par l’intermédiaire du bassiste Chris Kosnik (qui officie aussi chez Black Nasa…). Assez méconnus dans nos contrées, ces rockers-là distillent un rock’n’roll fougueux et planant dans la plus pure tradition stoner. Ils seront de retour dans les bacs avec leur quatrième (troisième ?) album en mai prochain, “3”.

Votre prochain album sort dans deux mois. Que pouvez-vous me dire à propos de cette production ?

Et bien le nouvel album sera intitulé “3”. Finn Ryan y assurera les guitares ainsi que la voix. Les parties chantées seront plus importantes que sur nos deux premiers albums. Nous considérons qu’il s’agit de notre troisième album car “Spit Blood” était plutôt un EP avec des reprises et d’anciens morceaux inédits.

Vos deux premières productions sont sur le label Tee Pee et la dernière sur Meteorcity. Quelqu’un m’a dit que Tee Pee n’étaient pas corrects [ndlr : voir interview Orquesta Del Desierto 2003…], est-ce pour cette raison que vous avez quitté ce label ?

Ouais, Tee Pee nous doit une tapée d’argent. Depuis lors nous avons de bonnes relations avec Meteorcity qui nous ont toujours payé.

Sur quel label sera sorti “3” et qui le distribuera en Europe ?

Meteorcity sort cet album aux States en mai et nous pensons qu’un label anglais se chargera du job en Europe.

Pourquoi avoir choisi le même studio que celui dans lequel vous avez enregistré votre premier album il y a dix ans ?

Nous enregistrons là-bas depuis une dizaine d’années maintenant et un bon nombre de bons disques ont été faits dans cet endroit comme Solace, Core, Burnt By The Sun, Human Remains, Dillinger Escape Plan et même Skid Row à l’époque.

Est-ce une manière pour vous de retrouver vos racines ou la fragilité des premières expériences ?

C’est plus une histoire de confort. Nous connaissons vraiment bien l’équipe et ils nous ont bien poussé pour faire des disques solides.

Vous étiez en Europe à la fin de l’an passé pour une tournée. Vous n’aviez rien de neuf à promouvoir sur cette tournée comment cela s’est-il passé ?

Nous étions surpris de voir combien de personnes nous ont acheté nos vieux CDs. Nous avons vendu le solde de ces productions. Nous espérons avoir la même rupture de stock cette année.

Vous avez fait votre dernière tournée aux USA l’été passé. Quelle est la principale différence entre une tournée aux States et une tournée en Europe ?

Les Européens vont à un concert de rock une soirée et vont danser en club la soirée d’après. Une ségrégation plus importante existe aux USA. Nous aimons l’Europe parce que le but est de passer un bon moment peu importe qui joue ou passe des disques.

N’est-il pas difficile d’être un Américain en Europe avec la politique extérieure actuelle de votre gouvernement ?

Non, la plupart des groupes de rock américains sont contre le gouvernement. Les gens en Europe nous disent toujours à quel point ils sont désolés pour la tragédie du onze septembre et la merde que ça a été.

Vous allez tourner chez nous sous peu. A quoi devons-nous nous attendre pour cette tournée qui coïncidera avec la sortie du nouvel album ?

C’est la seconde tournée avec Finn dans le groupe et nous allons faire beaucoup plus de nouvelles choses cette fois parce que nous avons écrit la plupart des nouveaux morceaux du CD depuis notre dernière venue.

Qu’est-ce que Finn a apporté au groupe en tant que nouveau membre ?

La possibilité de tourner et il chante mieux que notre ancien chanteur qui se concentre sur son instrument désormais.

Votre “corporate image” n’a jamais changé. L’artwork de vos disques laisse toujours une place importante aux filles nues. N’avez-vous pas eut de soucis avec les mouvements féministes à cause de cette image un peu macho ?

Héhéhé, en fait nous avons plutôt reçu des photos de filles voulant être sur la prochaine couverture…

Votre dernier EP amélioré commençait par une reprise d’un groupe australien éminemment connu. N’est-ce pas réducteur de débuter un album de la sorte ?

Et bien comme il s’agissait juste d’un EP ce n’était pas du très sérieux. C’était juste amusant d’enregistrer “Dirty Deeds…”. Comme nous mettions ce morceau avec des anciens morceaux et des demos l’ordre n’avait pas vraiment d’importance à nos yeux .

“Spit Blood” est sorti il y a trois ans. Qu’avez-vous fait depuis ?

Chris Kosnik a sorti deux albums en 2003 et 2004 avec son groupe Black Nasa dont un chez Tee Pee et un chez Meteorcity. L’an passé Atomic Bitchwax a tourné en Europe et les deux groupes étaient du voyage.

J’ai lu tout un échange dernièrement à propos du lien entre la fumette et l’écoute de stoner. Quel est ton conseil pour se plonger dans cette musique ?

Nous fumons tous, mais je ne pense pas que cela importe beaucoup si tu fumes ou pas quand tu écoutes cette musique.

Je vous qualifie comme un groupe stoner. Quel est ton sentiment par rapport à la “mode” stoner actuelle ?

Nous avons débuté avant d’entendre ce terme. Je pense que les gens devaient juste pouvoir classer cette musique dans une catégorie précise. Nous ne sommes ni grunge ni metal alors l’étiquette stoner est née. Je pense que nous sommes juste un groupe de rock.

Comment qualifieriez-vous votre style musical pour un non-initié ?

Comme nous l’avons dit c’est du rock. Il y en a beaucoup comme ça, mais celui-ci c’est le nôtre !

mars 2005 par Chris.

Laisser un commentaire

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Se connecter