Vidéo live : Elder “Dead Roots Stirring” – Live Up in Smoke Fest 2018

Vidéo live : Elder “Dead Roots Stirring” – Live Up in Smoke Fest 2018

 

 

UP IN SMOKE : la totale côté line-up et les 10 groupes à ne pas rater

Le Up In Smoke festival reprend ses quartiers d’automne pour une nouvelle édition les 5 et 6 octobre prochains. Jouissant d’un contexte géographique des plus intéressants, ce festival sis en Suisse, se situe dans la banlieue bâloise à la jonction de trois pays : l’Allemagne, la France et la Suisse.

En plus de son emplacement idéal, cette fête du riff permet aux audiophiles que vous êtes aussi d’assister à tous les concerts, qui se succèdent sur les deux scènes en évitant tout chevauchement. Si nous faisons abstraction de la gastronomie locale, il n’y a rien à jeter au programme de ces deux jours de fête qui s’annoncent une nouvelle fois de haut vol avec une organisation aux petites oignons qui prend même en charge les festivaliers peu argentés en proposant de passer la nuit dans la salle pour quelques pièces. On se voit là-bas avec une vingtaine de groupes, et je vous propose en particulier de ne pas louper une seule miette des formations suivantes :


Electric Wizard

Choix facile et pas très cascadeur : c’est culte et ça va jouer en tête de gondole dans une configuration à peu près similaire à ce que j’ai vu lors de la même fête il y a deux piges. Oui, mais du sang a dégouliné dans les douves du donjon depuis et même si leur prestation au Hellfest 2017 a largement convaincu, ils ont commis Wizard Bloody Wizard depuis et ont provoqué une scission au sein de notre communauté entre les pro et les anti : ce sera l’occaz de constater sur pièce !


Kadavar

Ceux qui les ont vus sur scène ces derniers mois le savent, mais les autres feraient bien d’aller voir (en plus d’écouter) car la french touch du groupe a sacrément pris de la bouteille et le bassiste concentré que nous avions vu sur ces planches en 2014 est devenu un entertainer épatant depuis.


Witchcraft

Les Scandinaves sont plutôt rares sur scène et je ne vais pas vous mentir : c’est très très bon sur scène ! Il serait carrément débile de ne pas aller se taper un énorme show de la formation venue du froid qui revient gentiment sur le devant de la scène après la sortie de Nucleus il y a une poignée d’année. Les hippies apprécieront l’exercice à coup sûr et les autres feraient bien de s’approcher de l’orchestre car c’est une formation sensationnelle qui fondra sur Bâle.

 


Acid King

Certains lecteurs se demanderont pourquoi je continue à namedropper les groupes « connus » et je ne saurai leur en vouloir. Je cite ce groupe incontournable de la scène stoner uniquement parce que quand on a fondé un site francophone consacré au stoner il y a plus d’une décennie avec trois autres illuminés : Acid King était déjà là et nous faisait déjà bander ! Aujourd’hui que le stoner est sorti de l’undeground, le groupe a conservé son statut en voyant lui passer devant une ribambelle de formations pas toujours meilleures, mais clairement plus dans la hype : un jour justice sera rendue et les Américains auront la reconnaissance grand public qu’ils méritent plutôt que de truster les positions à mi-hauteur sur les affiches de festival !


Elder

Le combo de Boston revient au Z7 pour la deuxième fois en trois éditions seulement et ces lascars ne font plus partie des newbies on est d’accord. L’intérêt pour le Bâlois qui n’auraient pas eu la chance d’assister récemment à un concert d’Elder est certainement le fait que leur art est désormais déployé à quatre plutôt qu’à trois comme c’était le cas par le passé. Cette configuration leur sied à merveille et nous avons pris un sacré panard au printemps dernier lorsque nous avons assisté à leur show lors de la fête du désert de la capitale allemande.


Dopethrone

Après avoir écumé la quasi-totalité des événements estampillés stoner, les Canadiens peuvent enfin ajouter le Up In Smoke sur leur imposant CV. Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter une formation que vous connaissez à coup-sûr, mais me réjouir d’assister à un set revanchard suite à leur prestation de l’été dernier au Hellfest qui fût émaillée de pépins techniques : vous pouvez compter sur ces dingues pour foutre le feu au propre comme au figuré et l’ambiance fin de siècle du site du festival à l’ombre des cheminées de la chimie bâloise ne fera que solidifier l’ambiance fin du monde qui suinte par tous les pores de l’art total de Dopethrone !


Sasquatch

Encore un mythe de la scène étasunienne à l’affiche de ce Up In Smoke 2018 ; encore un groupe qui était là naguère, encore une énorme formation scénique, encore un groupe que nous ne croisons pas très souvent dans nos contrées, encore une bonne raison d’assister à ce festival et encore un set à ne louper sous aucun prétexte car ces types sauront trouver le juste niveau pour fédérer les amateurs de plans aériens et les bourrins de l’assistance qui pourront se la donner en remuant leurs carcasses sous les assauts soniques déployés par une formation qui en a sacrément sous le pied malgré les années !


Farflung

Ces vétérans de la scène space ricaine seront aussi au rendez-vous et eux aussi ils ont su éviter soigneusement de se produire par chez nous ces dernières années. C’est donc une obligation que d’aller assister à une performance peu conventionnelle, mais carrément enrichissante développée à base de bidouillages tordus et de grosses rythmiques traditionnelles servant de base à des vocaux qui évoluent hors des sentiers battus. Plus qu’un concert : c’est une expérience transcendantale qui vous attend cher public !


Humulus

Les Transalpins d’Humulus sont rarement à portée de nos radars pourtant affûtés depuis une pétée d’année et pourtant ils semblent toujours être actifs. Actifs dans un registre heavy rock bien saturé et très traditionnel, c’est un peu la formation qui a le potentiel de faire de l’ombre à Sasquatch tant ils se trouvent à la croisée du registre pugnace et du registre pour fumeurs de joints apathiques… Une occasion de se frotter à un produit construit pour emballer son public lors de ce type d’événements, sans révolutionner le monde, mais en enfonçant le clou un peu plus loin avec la conviction de ceux qui savent.


Six Months Of Sun

Attention, attention : la formation genevoise que j’affectionne depuis leurs débuts se retrouve à l’affiche de cet événement incontournable du petit monde du stoner dans leur pays d’origine. Pourtant peu chauvin, je me réjouis de voir ces mecs venant de la même ville de Romandie que ma pomme fouler les planches de ce festival au rayonnement international car c’est bien à ce niveau que doit se situer ce groupe qui a avalé, assimilé, digéré et transcendé tous les ingrédients qui font du stoner ce qu’il est aujourd’hui. Je souhaite à Six Months Of Sun un carton plein à Bâle et je parie sur un pic de popularité auprès de notre communauté après ce set !


Les infos :

UP IN SMOKE INDOOR FESTIVAL #6
5 th Oct. – 6 th Oct. 2018
Info: http://www.upinsmoke.de
Tickets: https://www.sol-tickets.com/produkte/18-tickets-up-in-smoke-konzertfabrik-z7-pratteln-am-05-10-2018
Salle : Z7 Konzertfabrik, Pratteln (Suisse)

 

 

Le Top albums 2017 de Desert-Rock !

Vous l’attendez tous avant de vous projeter dans l’avenir, vous jeter corps et âme dans 2018 avec passion et envie… Le voilà enfin, le top des albums 2017 de Desert-Rock !

 

Voici les 20 albums qui ont reçu le plus de suffrage au sein de notre rédaction :

-1) Elder – Reflections of a Floating World

Un maître album que ce nouvel effort de Elder. D’une richesse infinie, il se redécouvre à chaque écoute. Un must-have que tout fan de stoner se doit de posséder.

-2) Samsara Blues Experiment – One With The Universe

Maitrisant son œuvre de bout en bout, le groupe nous a donné un album synonyme de perfection. Réellement impressionnant.

-3) Monolord – Rust

Suivant une simple recette (riff doom puis le même riff gonflé à la fuzz), sur des tempi se calquant au rythme cardiaque d’un futur trépassé, Monolord prouve que le groupe est tout sauf rouillé.

-4) Kadavar – Rough Times

Entre innovation sonore et authenticité, le groupe nous offre là une pièce maîtresse à leur discographie.

-5) Sasquatch – Maneuvers

Muet durant son adolescence, Sasquatch a terminé sa mue et revient dans le game avec “Maneuvers” : un album au poil !

-6) The Midnight Ghost Train – Cypress Ave.

Cette plaque audacieuse s’inscrit en rupture avec les dernières livraisons des Étasuniens en allant se ressourcer dans les influences qui ont marqué les débuts de la carrière du groupe du côté de Buffalo.

-7) DDENT –آكتئاب

Post metal planant, doom industriel, ode à la dépression. Ddent frappe fort et fait passer de multiples émotions sans un mot. Coup de maître.

-8) Colour Haze – In Her Garden

On avait un peu perdu nos teutons préférés mais ces derniers reviennent très fort avec un album riche, inventif et passionnant.

-9) Mother Engine – Hangar

Des albums cohérents, techniquement chiadés et impeccablement réalisés, y en pas 36000 par an. Félicitations, vous en tenez un.

-10) All Them Witches – Sleeping Through the War

Les américains continuent leur entreprise de classe totale distillant leur son unique aux confins du rock, du blues et du psyché. Pas le meilleur de la discographie mais nettement au-dessus de la masse.

-11) Mothership – High Strangeness

Même s’il ne s’agit toujours pas de l’album à la hauteur de leurs performances live fiévreuses, le trio texan des frères Juett sort avec “High Strangeness” ce qui est probablement le meilleur album de southern rock fuzzé de l’année. Même si on espérait un peu mieux, on a quand même pris un sacré pied cette année…

-12) Stonebirds – Time

Le trio breton, qui nous avait tellement plu et surpris avec son “Into the Fog”, enchaîne avec un second album majeur : “Time”, l’effet de surprise passé, confirme l’orientation musicale ambitieuse du groupe et propose des compositions aussi riches qu’enthousiasmantes.

-13) John Garcia – The Coyote Who Spoke In Tongues

Contre toute attente, le Garcia nouveau se retrouve au sommaire des albums qui ont compté en 2017 et ce n’est que justice car cet exercice acoustico-intimiste propice aux plaisirs solitaires est une petite merveille sur laquelle reprises du mythe Kyuss et nouveautés se côtoient admirablement.

-14) The Necromancers – Servants of the Salem Girl

La surprise de l’année. Les ptits frenchies qui déboulent et nous placent un album tout heavy et intelligent en plein dans la face.

-15) The Obsessed – Sacred

Wino privé d’Europe par la justice fait renaître le plus américain de ses projets. The Obsessed rappelle donc qu’ils sont les patrons du heavy rock. OKLM.

-16) Bell Witch – Mirror Reaper

Un disque magistral, traversé par la mort et la douleur de la perte. Envoûtant.

-17) Duel – Witchbanger

Nouveaux venus, dont c’est ici le second album, Duel a vite assis sa notoriété, à coups de concerts autoritaires et de disques riches et fuzz. Heavy Rock till die.

-18) Fireball Ministry – Remember the Story

L’un des vétérans du stoner U.S. old school, toujours aussi rare (sur disque et sur scène), a encore une fois pris son temps pour composer et enregistrer une excellente galette : riche, varié, nerveux et efficace, il déroule son stoner bitumeux le long de la highway tranquille de notre plaisir auditif. A noter : première apparition vinylique de Scott Reeder dans le groupe, leur bassiste depuis plusieurs années.

-19) Hark – Machinations

Deuxième et dernier album pour Jimbo et sa bande suite à l’annonce récente du split du groupe. Entre son lourd mais ne reniant pas le côté rock du groupe, chant efficace guidant les morceaux et variations rythmiques atypiques, Hark nous quitte sur un album riche et accrocheur. Quel dommage de voir disparaître un groupe avec autant de bonnes idées.

-20) The Texas Chainsaw Dust Lovers – Film Noir

“Film Noir” est un album passionnant de bout en bout. Avec un mention plus plus parce que les mecs savent écrire de vraies chansons. Oui, j’ai dis “chansons” et c’est un putain de compliment.

 

Au pied du classement, quelques excellents albums, autre signe s’il en fallait un de la qualité des sorties de cette année : Mammoth Mammoth, My Sleeping Karma, Ufomammut, Primitive Man, R.I.P., etc…

Un petit éclairage en quelques points clés :

  • Elder a littéralement écrasé le classement, cumulant le double de points de son successeur direct en numéro 2.
  • Le reste du classement s’est avéré très serré, avec pas mal d’ex-aequo (raison pour laquelle nous avons poussé le classement jusqu’à 20)
  • 4 groupes français sur 20 !

On peut enfin dire au revoir à 2017, une année dont on attendait peu d’albums majeurs et qui pourtant a proposé son lot de pépites !

On en espère autant en 2018 ! Bonne année à toutes et tous !

Le nouvel album de Elder annoncé pour juin.

“Reflections of a Floating World” voilà le titre du successeur de “Lore” sorti il y a déjà deux ans.
C’est encore chez Stickman Records et ce sera dispo le 2 juin.
Et le groupe y va de son teaser for alléchant…

L’Oeil de Néron, stoner coquin en la Gaule capitale

Voilà un peu plus d’un an que L’Oeil de Néron a vu le jour sur Lyon et tente de nourrir le Gône de manière diététique et ciblée. A voir le menu que les gonzes ont concocté pour la rentrée, on se dit qu’une petite escapade entre Rhône et Saône va s’imposer. Jugez plutôt.

Entrée le 16/09 avec Blaak Heat et Fuzzcrafter pour la modique somme de 3 euros (minimum, paraîtrait-il que c’est pour faire fuir les relous)

Affiche1

 

Plat principal le 06/10 avec Le Bal Doom-Doom, premier du nom, qui verra se succéder la crème du gras et de la virevolte haineuse, Elder, COUGH et Sunnata. Le tout en partenariat avec le Jack Jack, une toute nouvelle salle sur Lyon et ce, pour un prix ridicule, genre 10euros, genre, une misère.

affiche 2

Pour le dessert, une farandole de sucreries avec Le Grand Incendie, première édition d’un festival qui, s’il trouve son chemin pourrait se pérenniser. A la vue de la prog de cette journée, c’est tout le mal qu’on lui souhaite. Regarde donc, jeune férue de musique ferreuse: Truckfighter, Glowsun, We Hunt Buffalo, Witchrider et Montecharge. Ca va donc fuzzer velu le 29/10, toujours en partenariat avec le Jack Jack et toujours pour un prix modique, genre 12 euros, genre, bagatelle.

Affiche 3

Du copieux donc. Autant vous dire qu’on y sera, la bave aux lèvres et l’oreille alerte. Et vous ?

Desertfest Belgium : de nouvelles annonces

Le Desertfest Belgium (qui se tiendra les 14-15-16 octobre 2016 à Anvers, Belgique, toujours au Trix) vient d’annoncer quelques noms complémentaires sur son affiche : Red Fang récupère un slot de headliner (Goat a été annoncé précédemment comme autre headliner), et Black Rainbows, Weedeater ou encore Duel viennent compléter une affiche qui ne se portait déjà pas trop mal (Uncle Acid, Yob, Pentagram, John Garcia, My Sleeping Karma, Elder, The Atomic BItchwax, etc…).

On vous en reparle, d’autant plus que d’autres noms viendront encore compléter cette affiche… Mais le mois d’octobre s’annonce d’ores et déjà dévastateur !

13775895_841901105940365_6765811603788083901_n

UP IN SMOKE Indoor Fest 2016 : John Garcia, YOB, Fatso Jetson rajoutés

Trois gros noms viennent s’ajouter aujourd’hui sur l’affiche incroyable de l’édition 2016 du UP IN SMOKE Indoor festival, qui se tiendra sur deux jours les 30 septembre et 1er octobre 2016 au célèbre Z7 de Pratteln (pour rappel : idéalement situé en Suisse mais à quelques encablures des frontières française et allemande) : John GARCIA, YOB et Fatso Jetson viendront tenir compagnie à Pentagram, Electric Wizard, Elder, Truckfighters, Greenleaf, Cough, Monkey 3, Yawning Man, Wucan, etc… Et ce n’est pas fini ! D’autres annonces sont à venir.

Les infos c’est ici : http://www.upinsmoke.de/, ou sur Facebook ici : fb.com/UpInSmokeIndoorFestivalinZ7.

Et les billets c’est ici – hâtez-vous pour éviter le sold out, la salle n’a pas une capacité infinie ! –> http://www.upinsmoke.de/tickets

 

flyer4

DOOMED GATHERINGS : quand y’en a plus… y’en a encore !

Il y a mois d’un mois on vous récapitulait les annonces successives gonflant frénétiquement une affiche que l’on voyait grandir sans fin.

Qui pouvait croire alors que l’affiche prendrait un tournant toujours plus époustouflante avec encore une volée d’annonces complémentaires venue de nulle part cette semaine, qui voit le désormais VRAI festival parisien toucher du doigt la vingtaine de groupes sur 3 jours… (et il en reste deux à annoncer !).

Rien que cette semaine, encore du très lourd : RAMESSES, ELDER, DDENT, ELECTRIC MOON, THE LUMBERJACK FEEDBACK, CAROUSEL, SAMOTHRACE et THROW ME IN THE CRATER.

Rappelons qu’ils viennent en découdre sur une affiche qui comptait déjà CROWBAR, TROUBLE, MONOLORD, TONER LOW, MANTAR, EGYPT, etc… !

Bref, tournez autour du pot autant que vous voudrez, s’il reste des pass 3 jours, ça tient encore du miracle (les early birds sont tous partis), donc foncez direct sur https://www.weezevent.com/doomed-gatherings pour réserver votre pass avant qu’il ne soit trop tard et que vous ne soyez que regrets et déprime quand ce sera sold out.

Pour rappel, les infos à jour c’est ici : https://www.facebook.com/doomed.gatherings

12715308_1730962540448919_7238893501452613265_n

Desertfest Berlin 2016

Ça y est… après l’excitation due aux dernières annonces, on fait un peu le point sur le millésime 2016 de la franchise allemande Desertfest. Comme d’hab, c’est à l’Astra que se dérouleront ces trois jours de folie entièrement dédiée aux dieux du stoner. Leurs disciples profiteront des rares pauses entre les groupes pour aller chiner dans le marché hippies, mater les stands des artistes, claquer de la thune en merch ou siffler des binouzes dans le Beergarten. Tout comme d’hab en ce qui concerne le cadre général de cette manifestation qui convertit années après années plus de fidèles. Les tickets pour le triptyque complet sont épuisés depuis belle lurette et c’est à la journée qu’il faut désormais acquérir le précieux sésame qui ouvrira les portes du paradis allemand (magnez-vous le cul les retardataires : il n’y en aura pas pour tout le monde).

Question musique : c’est un équilibre assez subtil qui verra se succéder des apôtres modérés et des extrémistes du bruit sur les deux scènes du temple. On précise – pour ceux qui ne suivent pas et j’en suis navré – que cet événement mené avec une précision toute germanique permet aux pèlerins de se taper l’intégralité des groupes sans avoir à bouger leurs culs sur une distance excédant quelques mètres, ce qui est toujours un sacré confort, et avec aucun chevauchement entre les horaires des concerts.

Outre l’ambiance extraordinaire qui règne en ces lieux chaque année à la même époque, et outre le fait de retrouver une foule de potes ou d’en rencontrer de nouveaux, il y a la musique. Et question musique on va être plutôt bien servi mes cadets !

On débute pas en douceur le jeudi 28 avril avec une première soirée qui verra se succéder High Fighter et sa frontwoman énergique, Mantar qui vont sortir leur nouvelle plaque « Ode To The Flame » une grosse dizaine de jours avant l’événement, Pelican, Wo Fat, Truckfighters qui ont laissé au public français une impression plus qu’excellente lors de leur dernière prestation dans la Valley de Clisson l’été passé, Mothership ainsi que Spiritual Beggars qui se rappellent à notre bon souvenir en envoyant « Sunrise To Sundown » le 18 mars prochain. A cela s’ajoutera encore un groupe qui sera annoncé tout prochainement ; il en va de même pour les deux autres soirées auxquelles un nom manque encore sur l’affiche.

Le vendredi 29 avril verra défiler les excellents Monolord déjà vus au Up In Smoke de l’an passé et quelques jours plus tard durant l’histoire belge du Desertfest, Elder qu’on a aussi croisé au dernier Hellfest et qu’il nous manque de revoir tellement ils excellent sur scène, We Hunt Buffalo, Coogan’s Buff, Death Alley, The Loranes, Monomyth déjà présents à Anvers, les sommités d’Electric Wizard, Mondo Drag et Somali Yacht Club qui sortent leur première plaque « The Sun » ces jours (on va vous en causer sous peu).

Comme tout à une fin, celle-ci interviendra le dimanche à l’aube, lorsque la soirée du 30 avril aura touché à sa fin. Pour se finir en beauté, on se tapera Desert Storm, Asteroid, Rotor dont « Fünf » avait séduit nos oreilles l’an passé, Dÿse, Egypt croisés l’été dernier en compagnie d’une horde de hippies au Freak Valley, Stinking Lizaverta, Kaleidobolt, Samavayo, 10000 Russos et bien sûr Crowbar – avec on l’espère sa nouvelle production – qui promet de foutre un beau chaos lorsque le rideau tombera sur cette édition et que les traits tirés et le sourire aux lèvres nous regagnerons nos pénates béats.

On se voit là-bas les amis !

Plus d’infos par ici http://www.desertfest.de

lineup2

Le TOP 15 de 2015 de Desert-Rock

C’est un peu le marronnier, on n’allait quand même pas se défiler devant l’exercice !

top2015Voici donc le TOP 15 de 2015 (fallait y penser…) des rédacteurs de Desert-Rock (cliquez pour accéder aux chroniques de chaque album) :

  1. Clutch – Psychic Warfare
  2. Elder – Lore
  3. Dopethrone – Hochelaga
  4. Glowsun – Beyond The Wall Of Time
  5. Monolord – Vaenir
  6. Goatsnake – Black Age Blues
  7. Ufomammut – Ecate
  8. My Sleeping Karma – Moksha
  9. Hangman’s Chair – This is not supposed to be positive
  10. Uncle Acid & The Deadbeats – The Night Creeper
  11. Acid King – Middle of Nowhere, Center of Everywhere
  12. The Midnight Ghost Train – Cold Was The Ground
  13. All Them Witches – Dying Surfer Meets his Maker
  14. Graveyard – Innocence & Decadence
  15. Stonebirds – Into The Fog… And The Filthy Air

Aux portes du classement : With The Dead, Abrahma, Sweat Lodge, The Vintage Caravan, The Atomic Bitchwax, etc…

Fruit d’un calcul savant adossé aux votes de tous nos rédacteurs, il reflète en premier lieu la qualité remarquable des sorties de cette année, avec de très nombreux albums d’exception. A ce titre, 2015 restera une année marquante qualitativement.

Certains seront surpris, déçus, réconfortés par ce classement ; sachez qu’il n’est “que” mathématique, les coups de cœur sortis tardivement dans l’année, les albums pas encore écoutés par tous les membres de la rédaction, se retrouvent par exemple avec moins de votes… A noter : plus de 60 albums ont été mentionnés par nos rédacteurs ! Une riche année, donc…

1 commentaire
Se connecter