Boar – Poseidon


Dans un genre musical il est vrai bien garni (proche de la saturation ?) les discrets finlandais de Boar tracent leur petit bonhomme de chemin, et proposent avec ce délicat Poseidon leur 3ème LP en moins de dix ans d’existence. Avec encore le soutien du label français Lost Pilgrims Records, comme pour leur prédécesseur Veneficae, le groupe scandinave délivre une nouvelle torgnole sludge-doom énervée, massive et ramassée (6 titres, moins de 45 min).

Comme il va de soit avec les galettes de cet acabit, les premières écoutes sont laborieuses, tant il est difficile de se frayer un chemin auditif dans ce disque poisseux, où l’hyperviolence du chant se conjugue à la densité du mur de grattes. Armés d’une belle prod, nos gaillards n’ont aucune intention de verser dans l’easy-listening. Pour autant, la musique de Boar n’est pas aussi monolithique que son subtil sobriquet (« sanglier ») ne pourrait le laisser présumer : les rythmiques sont variées, le travail du riff est efficace (« Dark Skies », « Shahar’s Son »…) et aucune structure de morceau ne se ressemble. Piocher occasionnellement dans le mid-tempo mélodique ne leur fait pas peur (le très intéressant « 12 »), voire dans le hardcore metal (voir le très Pro-Pain « Featherless ») ou encore le doom (« Dark Skies »).

Largement basée sur une belle dualité de guitares (et un son de basse saturé emblématique du genre), le son du groupe s’appuie aussi sur un growl virulent, ce qui n’est pas la seule caractéristique vocale de Boar : le duo Henell / Saarela donne aussi occasionnellement de la voix, jouant parfaitement de la complémentarité du binôme pour occuper le terrain sonore (voir le morceau-titre « Poseidon »).

En guise de morceau-synthèse, le virulent « Totally Out of This World » qui clôture la galette est probablement aussi son titre le plus intéressant, proposant une montée en puissance redoutable d’efficacité, en s’appuyant sur un véritable maelstrom de guitares et de beuglements entêtants. Impeccablement construit, l’album laisse donc l’auditeur exsangue, en attente d’une autre écoute.

Bref, sans prétention particulière, Boar propose avec ce Poseidon un bel album sludge, riche en nuances, mais jamais opportuniste.  Le groupe mérite qu’on se penche dessus, ce qui pourrait l’inciter à venir défendre ces titres plus régulièrement en direction de nos salles de concert…

Note de Desert-Rock
   (7/10)

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter