Cowboys & Aliens – Horses Of Rebellion


Faute avouée est à moitié pardonnée : votre serviteur avait perdu la trace de Cowboys & Aliens après le virage des années 2000. Après l’explosion en plein vol de Buzzville records (le label belge ne se focalisait pourtant pas forcément sur les groupes « compatriotes ») et une paire d’albums pourtant excellents, le groupe plie bagage vers 2006 et ne donne plus signe de vie. Il s’avère avec le recul que le combo belge s’est reformé il y a 8 ans environ et a proposé une paire de sorties (EP, LP) qui sont restées sous notre radar. C’est en partie par hasard que l’on retrouve la trace des flamands en ce début 2019 à travers ce sixième album.

La (re)prise de contact est plutôt froide ; un peu comme des amis qui ne se sont pas vus depuis presque 15 ans, qui ont évolué séparément, se sont construits des parcours différents. Bref : on ne retrouve pas tout de suite le Cowboys & Aliens que l’on avait tant aimé. Mais après quelques écoutes, et notamment en se replongeant dans leur discographie, il devient vite évident que ce constant n’est pas imputable au groupe. En effet, Cowboys & Aliens est resté fidèle à lui-même et à ses origines : le quatuor de Bruges a toujours été porté sur le segment le plus « énervé » du stoner, plus propice à écraser la pédale de disto que celle de fuzz, et plutôt amateur de rythmiques nerveuses et de riffs acérés que de plans lents et lancinants. Or dans ce contexte, ce Horses Of Rebellion se révèle à l’usage un bon disque.

“A l’usage”, car même une fois que le postulat est clarifié, l’album reste difficile d’accès, un peu âpre en première approche. Il faut vraiment faire l’effort de faire tourner la rondelle un bon paquet de fois pour voir émerger la qualité des titres (encore une fois, c’est largement dû au fait que notre cortex s’est habitué à des standards stoner différents avec les années…). Une qualité qui est bel et bien au rendez-vous, avec très peu de faux pas sur les onze titres de ce disque, voire quelques vrais moments de grâce : on pense pêle-mêle à ces plans de guitare lead impeccablement catchy qui enrobent le refrain de “Still in the Shade”, au riff principal de “Sheep Bloody Sheep” et son refrain mélodique sorti de nulle part, au groovy morceau titre “Horses of Rebellion” et son refrain, au punk-isant “Refuse”, etc… Chaque titre trouve a place, du mid-tempo mature aux brulots heavy nerveux dans une rondelle solide de trois quarts d’heure bien remplis.

Cowboys & Aliens est donc un combo bien vivant, intègre et fidèle à ses ambitions musicales initiales. Cette tendance musicale, prépondérante au virage des années 2000 sur la planète stoner, s’est largement résorbée depuis… De fait, aujourd’hui, le groupe rentre moins dans le moule des sorties auxquelles on est habitués, mais il serait pourtant dommage que l’amateur d’un stoner un peu pêchu, relevant de la frange la plus “metal” du genre, ne se penche pas sur cette sortie et sur ce disque, qui gagne largement à se faire connaître.

Note de Desert-Rock
   (7.5/10)

Note des visiteurs
   (8.33/10 - 3 votes)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter