Monolord – Your Time to Shine


Avec la régularité d’une montre suisse, deux ans après le controversé No Comfort, le trio suédois remet le couvert avec son cinquième LP, son second chez Relapse Records. Avec le même sens inexistant de la surprise, leur galette propose cinq nouvelles chansons (pour rappel : tous leurs albums ont cinq ou six chansons) pour quarante petites minutes ; pas leur plus gros bébé, loin s’en faut. Le plus beau alors ? Rentrons dans les entrailles de la bête pour le savoir…

Décidément pas motivés pour jouer la carte de l’originalité, il ne faut pas longtemps pour reconnaître la « patte Monolord » sur ce disque, par ailleurs enregistré par leur propre batteur : leur doom mélodique devenu emblématique est décliné en cinq versions qui ne visent aucunement à révolutionner quoi que ce soit. Et grand bien leur fasse… On retrouve donc sans déplaisir sur ce disque du gros riff de gratte, du gros riff de basse, du gros break à headbanger (lentement ou moins lentement), un son de basse gras à souhait, le chant clair toujours un peu aérien de Thomas… S’il est dit que c’est à la qualité de ses riffs que l’on mesure un album de doom, alors ce Your Time to Shine est loin de démériter.

Côté compos, comme toujours avec Monolord, on est loin de l’album plein : il y a des moments de grâce (le dernier tiers de « To Each their Own », le riff d’intro dévastateur de « The Siren of Yersinia » puis son break central, l’intro de « To Each their Own »…) mais à côté de ça encore et toujours des sections plus convenues, un peu faciles. Il y a des essais sympas ici ou là (les arrangements de cordes sur la fin de « The Siren of Yersinia », les deux dernières minutes très « Planet Caravan » de « Your Time to Shine »…) mais rien qui n’emmène cette galette à un niveau d’ambition que l’on attend toujours de la part de nos trois sympathiques doomsters scandinaves.

Pour autant, il serait intellectuellement malhonnête de ne pas reconnaître à ce disque, et à Monolord en général, le talent qui est le sien, dans le sillon musical qui est (désormais) le leur. Le tort que l’on a (et votre serviteur est le premier à battre sa coulpe) est de croire ou d’avoir cru un jour que Monolord serait le parangon du genre, l’avenir du doom, son nouveau porte-étendard. Le trio ne l’a jamais revendiqué, et le vent de fraîcheur amené en son temps par la paire Empress Rising / Vaenir nous aura un peu induit en erreur. En réalité, Monolord est et a toujours été ce groupe de doom franc du collier qui injecte plus qu’à son tour de fortes rasades de plans mélodiques et plus aérés. Puristes et trve doomsters, passez votre chemin : Monolord n’est pas (et n’a jamais vraiment été) un groupe pour vous !

Passées ces réflexions, le constat implacable par se dessiner : Your Time to Shine est finalement un bon album. Pas l’album de l’année, pas le meilleur Monolord non plus, mais au regard de la production des derniers mois, il propose des compos intéressantes, variées, et, rappelons-le, un quota satisfaisant de riffs. A prendre tel qu’il est, il y a de quoi se faire plaisir.

 


 

Note de Desert-Rock
   (7.5/10)

Note des visiteurs
   (6.5/10 - 4 votes)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter