Monster Magnet – Mastermind


Monster Magnet - Mastermind

Le groupe a connu des hauts et des bas (surtout des bas : overdose de Dave Wyndorf, départ puis retour de Phil Caivano) ces dernières années, et chacune de ses apparitions depuis suscite inquiétude et questionnements pour les fans du groupe. Après une poignée de prestations live d’excellente tenue et un dernier album impeccable, on avait repris confiance. C’est le moment qu’a choisi le quintette pour sortir son dernier disque.

Dès les premiers accords, Mastermind calme les ardeurs et rassure : le riff lent et lugubre du très doom « Hallucination bomb » est probablement l’introduction rêvée pour les fans de Monster Magnet, en ce sens qu’elle rappelle que le « retour aux sources » partiellement entamé sur les dernières galettes du combo est toujours à l’ordre du jour. « Bored with sorcery » déboule ensuite et nous rassure cette fois sur la vigueur et la santé du groupe : une rythmique sautillante, des passage space rock planants, des soli Mundell-iens. Ils n’ont pas perdu la recette ! Ou : comment, en deux titres, remettre tout le monde d’accord.

La suite est à l’avenant, avec notamment l’entêtant « Dig that hole », porté par un lick de basse imparable. Même verdict pour le presque enivrant « Mastermind », qui suit le même schéma. On est vraiment en terrain connu, et c’est bien le Monster Magnet que l’on aime qui se répand sur cette galette ! Un Monster Magnet avec ses légers travers aussi, ne nous le cachons pas, sous la forme de ces titres « d’ambiance » auxquels il nous a habitués (ici « The titan who cried like a baby » ou « Time machine », titres reposant quasi exclusivement sur le chant de Wyndorf sur des nappes de synthés et quelques cordes). Mais les bons titres pleuvent dans tous les sens, avec les très rock « Perish in fire » et « All outta nothin » (ce dernier avec passages en son clair typiques du groupe), ou encore les hymnes immédiats que sont « Gods and puks » et « 100 Millions miles », taillés pour tout démonter en live.

Musicalement (et, on a envie de le dire, « collectivement ») le groupe est au top. Le chant de Wyndorf est toujours aussi puissant et chaleureux, les soli de Ed Mundell sont impeccables, et la section rythmique se révèle clairement mise en avant sur ce disque (des lignes de basse remarquables de Baglino et une frappe de mulet typique de Pantella rythment ce disque sans débander du début à la fin). Après une vingtaine d’écoutes (si si !) ce disque se place clairement dans les meilleures productions du groupe. Toutefois, le groupe évolue tant en terrain connu que le manque de prise de risque peut décevoir un peu : la recette, excellente, est bien maîtrisée, et les cuistots sont au top. Bref, un vrai délice de gourmet, mais sans « l’urgence » que l’on sentait aux débuts du groupe. Ce disque sent moins le soufre, mais il fleure bon le gros space rock bien gras et bien burné ; rien que pour ça, cette production s’impose clairement au top des disques sortis ces derniers mois.

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter