Tia Carrera – Visitors / Early Purple (EP)


On va la faire light, une fois n’est pas coutume. Le trio texan aura mis plus de huit (!) ans à nous proposer une suite au bien nommé The Quintessential. Dans l’intervalle, ils auront tout au plus proposé quelques poignées de concerts essentiellement dans leur région, mais sinon, rien de neuf. Ah si, secret de polichinelle : le duo fondateur Morales / Conn a officiellement recruté Curt Christenson, génial bassiste de Dixie Witch (que certains auront vu assurer la rythmique de Unida sur leur dernière tournée européenne). Un bassiste avec autant de groove a vite trouvé sa place au sein du jam band ultime, et cela fait plusieurs années qu’il occupe le poste en live.

Visitors / Early Purple, donc, l’EP du jour, ne comporte que 2 titres. Vous devinez leurs titres ? Ben ouais : “Visitors” et “Early Purple” !… Deux petites perles de jam rock torride, pur jus (lisez notre interview du groupe si vous ne les connaissez pas, mais pour résumer, les gars ne jouent jamais le même morceau 2 fois, et donc sur disque, ils appuient sur “record” et… voilà !).

“Visitors” du coup met plus d’une bonne minute à se lancer et trouver sa voie petit à petit (ça commence vraiment sur la base d’une intro très approximative, comme un jam en salle de répèt). Petit à petit le riff principal se distingue et trouve sa voie dans un dédale de soli et de wah-wah, à travers des dizaines d’impros de guitare toutes plus géniales par Morales. Quand le six-cordistes lève un peu le pied, ses compères en profitent pour caler des séquences basse-batterie parfaitement groovy. Et le bébé dépasse les 18 minutes.

Plus costaud mais presque aussi long (presque 17 minutes), “Early Purple” lâche son master-riff dès les premières secondes, un riff que Christenson fera sien pendant de longues séquences, ce qui permettra à Morales de digresser pendant de longues minutes, sans jamais faire ombrage encore une fois à ses deux compères. Plus classique et plus efficace aussi, ce titre déroule sans jamais ennuyer l’auditeur.

Musicalement, Tia Carrera nous rappelle juste avec ce petit EP qu’ils sont toujours au top de leur game. Aucun groupe ne leur arrive à la cheville dans cet exercice casse gueule mais si excitant du jam absolu. En revanche, cette nouvelle modeste offrande nous permet juste de ne pas oublier le combo, mais ne suffit pas à nous rassasier après 8 ans de disette et toujours pas d’occasion de les voir en live… D’autant plus qu’on apprend que ces deux titres figureront sur leur prochain album… à paraître en 2019 ! Bref, on va arrêter la rigolade les gars, et sortir le vrai morcif, parce que les amuse-gueules, ça va bien 5 minutes…

Note de Desert-Rock
   (7.5/10)

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter