Hermano, Spoiler, 21 juillet 2002, Boomtown Festival, Gent, Belgique

Le ciel est gris lorsqu’en fin d’après-midi je rejoins la place du centre ville où doit se dérouler le concert, mais le temps restera clément toute la soirée. Après un soundcheck rapide mais très intéressant (reprises diverses, jams…) et un petit repas sympa, les hollandais de Spoiler prennent la scène d’assaut alors que déjà se massent quelques centaines de spectateurs. Et la réaction est immédiate : Spoiler est un putain de groupe de rock’n’roll comme il en existe trop peu ! L’attitude est là, les clichés sont usés (abusés ?) à fond, les riffs sont débités à la douzaine, et les compos sont là et bien là (comme en atteste leur excellent album ‘Mud N’Glitter’). Le public finit sur les genoux après presque une heure de set sans temps mort, content…

Un bon moment plus tard, c’est au tour d’Hermano de monter sur scène, et d’entamer leur set par un bien senti ‘Five to five’ issu de leur album. Le son est excellent et le public – remplissant désormais entièrement la place – est conquis dès les premières notes. Evidemment, le frontman reste John Garcia, dont la voix ne faiblit pas à un seul instant durant tout le concert, tour à tour chaleureuse, haut perchée, puissante ou bien plus retenue. L’autre frontman est clairement Dave Angstrom, alignant des soli hallucinants, sautant dans tous les sens, souriant comme un gosse, faisant des grimaces au public, il est clairement l’autre attraction visuelle et musicale du groupe. Plus en retrait mais pas timides, la section rythmique balance sévère, et Eric Belt, remplaçant Mike Callahan au pied levé, assure bien, balançant sans peine les riffs plombés qui font une bonne part de la consistance de l’album. L’album ‘Only a suggestion’ sera d’ailleurs joué en intégralité ce soir, et sera agrémenté de quelques inédits amenés à figurer sur le prochain album (de petites bombes très bien accueillies par le public), ainsi que d’une reprise de Supafuzz (le groupe d’Angstrom et Belt), ‘Mr Police’, d’une autre des Misfits (‘Where eagles dare’) et pour clôturer le concert, d’une reprise de… Kyuss !! Et oui, c’est sur une version hallucinante de ‘Green Machine’ (où le public est vraiment saisi d’une frénésie rarement vue !) que le groupe quitte la scène laissant un bon millier de personnes sur le cul, le sourire jusqu’aux oreilles… Ils passent ensuite deux bonnes heures à discuter avec tout le monde, signer des autographes et prendre des photos avec tout le monde… Putain d’attitude ! Un rêve éveillé, ce concert…


Laurent

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter