Orange Goblin, 4 décembre 2010, Rockschool Barbey, Bordeaux, France

De manière complètement surréaliste, le label Volcom Entertainment a organisé en ce samedi soir l’un des événements les plus excitants de ces derniers mois : ils proposent à quatre groupes amateurs de jouer sur la célèbre scène du Théâtre Barbey de Bordeaux, et en plus ils y greffent ni plus ni moins que la seule date française de Orange Goblin en tête d’affiche… et ce n’est pas tout : la soirée est 100% gratuite ! Comment rater ça ?

En pénétrant dans la salle le doute nous accable néanmoins : la salle est loin d’afficher complet, on craint le pire… Le premier groupe de la « Band Joust » (sorte de « radio crochet » pour groupes de rock, porté chaque année de pays en pays par Volcom, qui a cette année choisi la France et Bordeaux) est Drunknones, groupe de jeunes métalleux de la Côte Basque. Difficile de se faire un avis définitif et partial après 20 minutes de concert ! Je m’abstiendrai donc de toute critique détaillée, et dirai juste que le groupe joue correctement, évoluant entre plusieurs genres aux frontières mal définies… Choisir une direction nette une bonne fois pour toute paraîtrait un conseil judicieux. Second groupe, les béarnais de … But the planes are not made out of paper alignent leur rock tendance robot-rock stoner sympathique, avec quelques influs QOTSA bien senties. Les titres sont bien exécutés, le public (qui se remplume un peu) apprécie ce court set, et on regrettera juste que scéniquement la dynamique du groupe soit un peu « hétérogène » (un guitariste et un chanteur bien agités, tandis que la section rythmique et le second gratteux sont plutôt du genre posés et appliqués…). Bon succès auprès du public, connaisseur.

[Photo : … But the planes are not made out of paper]

Dissident Pachyderm prend la suite et aligne un set dynamique mais pas complètement emballant : le metal du groupe semble se chercher un peu, entre titres groovy et autres morceaux « uppercut » proches du hardcore, le tout porté par des vocaux en chœurs pas toujours pertinents. On peine sur une durée si courte à adhérer complètement, même si on apprécie les morceaux. Enfin, les « petits nouveaux » de Oyabun débarquent sur scène. On connaissait les bonhommes sous leur patronyme « Mother of Pearl », en tout cas leur musique n’a pas faibli depuis ce changement, et le quatuor aligne rapidement quelques titres stoner qui rencontrent une forte adhésion de la part du public. Il faut dire (en toute impartialité) qu’en jouant dernier, le groupe profite d’une salle quasi pleine désormais, et par ailleurs, le groupe est bordelais, et on peut gager que pas mal de potes ou de fans sont venus étoffer les premiers rangs ! Mais le succès n’est pas volé, le groupe alignant un set direct et très homogène, dont quelques influences très agréables se font entendre. Au final, c’est Oyabun qui a remporté la première place du concours, raflant au passage une superbe gratte des luthiers magnifiques Wild Customs. Bravo à eux, et merci Volcom !

[Photo : Oyabun]

La salle est donc enfin pleine comme un œuf pour célébrer l’arrivée de Orange Goblin, lorsque le géant Ben Ward monte sur scène accompagné de ses 3 porte-flingues préférés. Le set commence par un doublé issu du dernier disque du groupe (les deux premiers titres de l’album, en réalité) : bonne manière de présenter ces morceaux (néanmoins plus tout jeunes non plus… à quand un nouvel album ?) tout en faisant progressivement « monter la sauce ». Très vite, le groupe est chaud, et les premiers mouvements de foule se font sentir contre la scène, dans les premiers rangs. Le groupe enquille avec un titre de « Thieving » pour carrément prendre la machine à remonter le temps et ressortir le bouillant « Aquatic fanatic » de leur premier méfait. Sans logique apparente, ils enchaînent les aller-retour entre leur dernier disque (« Cities of Frost », impeccable, puis un peu plus tard « They come back ») et quelques vieilleries avec des extraits de « Coup de Grace », « Time travelling blues »… Il y en a pour tous les goûts, pas un seul album ne se retrouve mis de côté ou sous-représenté, un bel exemple de respect de son public ! Il faut dire que le groupe n’a pas encore sorti un mauvais album, il serait donc dommage de se priver de balancer ces pépites telluriques en contexte live.

Tandis que Joe et Martyn l’épaulent sur scène avec une certaine fougue, et s’y entendent pour bourriner le moindre riff dans la face de ce public bordelais qui n’en demandait pas tant, c’est bien Ben Ward qui attire à lui tous les regards. Au-delà de son gabarit hors norme, le gaillard bénéficie d’une aura remarquable, et ses interventions enragées, plus proches du furieux grizzly affamé que du timide vocaliste introspectif, lui donnent une stature complètement bestiale. Il génère avec le public un échange qui se rapproche presque de la bataille rangée… sauf que tout le monde est dans le même camp !!! Le public ne s’y trompe pas, avec une fosse chaude comme la braise, en mouvement constant, et un pit assez virulent qui répond au moindre geste de Ward…


Quoi qu’il en soit, le groupe aligne les perles de sa discographie, entre des brûlots de gros metal doom imparables et des morceaux plus planants qui hébergent quand même quelques riffs vachards. Le set s’interrompt ainsi sur « Blue Snow », avant que le groupe, sous les beuglements d’un public qui en veut encore une rasade, ne remonte sur scène pour encore une poignée de titres, et pas n’importe lesquels : OG déterre 2 saillies issues de leur monumental « The Big Black », avec les pachydermiques « Quincy the Pigboy » et évidemment l’immense « Scorpionica » en clôture. Entre les deux, le groupe se permet une petite douceur en interprétant avec une légèreté toute Gobelin-esque le « Symptom of the Universe » du grand Sabbath (qu’il a récemment enregistrée en l’honneur du groupe sur une compil’ « Metal Hammer »).

Evidemment, cette dernière mandale aura achevé un public ravi de sa soirée. Les anglais auraient pu, dans un tel contexte (concert gratuit, 4 groupes de première partie…), servir un set court, en roue libre. Ils ont préféré marquer cette date au fer rouge dans tous les crânes présents ce soir, et gageons qu’en plus d’affirmer leur toute-puissance scénique, ils auront au passage gagné pas mal de fans. Ce ne serait que justice au vu de cette prestation époustouflante. Les absents ce soir auront eu bien tort !

Laurent 

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter