UNCLE ACID & THE DEADBEATS + SPIDERS – 20/10/2015 – Lyon/Feyzin (L’Epicerie Moderne)

Sans titre-1

Un mardi soir d’octobre comme les autres sur Lyon, à ceci prêt que Tonton Acide est en ville, accompagné de son orchestre aux Temps Morts et d’Araignées dans ses bagages. Enfin en ville, en banlieue plutôt, L’Epicerie Moderne ayant cet inconvénient d’être assez excentrée du centre de la ville des lumières.

De manière assez étonnante et malgré une tournée en adéquation avec son rang et la qualité de son nouvel album, « The Night Creeper », Uncle Acid figurait aux abonnés absents des affiches des festivals d’automne sur lesquelles il eut pourtant été plus qu’à sa place. Hasards du calendrier ou négociations avortées en hauts lieux, cela ne nous regarde pas…

Quoiqu’il en soit, cette première visite en terres rhodaniennes  de Kevin et ses acolytes se sera fait attendre. Étant donné le CV étoffé qu’ils peuvent se targuer d’avoir à proposer, il parait même incongru que les anglais ne soient pas encore passés dans le coin.

Spiders est en charge de chauffer la sono. On peut dire que ces suédois, qui viennent nous présenter leur nouveau EP, ont pour le moins le vent en poupe puisqu’après cette tournée de 34 dates ils s’embarqueront pour les USA avec, excusez du peu, leur compatriotes de Graveyard. Classe, sur le papier ça présente bien. Sur les planches, où on ne peut pas tricher, on a droit à un rock un peu stoner, un peu psyché par moment, avec une chanteuse qui danse et qui tambourine. Évidemment le parallèle avec un certain Blues Pills sera inévitable, et bien réel. La demoiselle a beau se démener à l’aide de son bel organe (vocal), d’une jovialité et d’une implication sincère à chaque instant, il deviendra rapidement assez vite difficile de trouver le petit plus dont le groupe aurait besoin pour se démarquer de ses influences, aussi bonnes soient-elles. Musicalement les gars font leur boulot honnêtement, légèrement handicapés par un mix brouillon et déséquilibré, sympatoche en somme mais hautement téléphoné, un téléphone avec cadran rond et fil tortillé. Espérons que le néanmoins fort agréable revival 70’s ne se morde pas déjà la queue même si forcément il va être compliqué à réinventer…

Autant dire qu’on change de cour de récréation avec la tête d’affiche du soir. Malgré un public bizarrement attentiste mais attentif, les Tontons vont assurer leur statut en phase avec un rendu sonore, comme souvent dans cette salle, d’excellente facture. A l’instar du travail de mixage sur les albums, la grosse caisse n’est pas sur-dosée comme il est (trop ?) souvent proposé, comme une sorte de coutume, à nos fragiles mais avides esgourdes. Le modernisme de l’équipement  du lieu n’empêche donc pas la patte « vintage », chère au groupe, de rester de mise. Bien sûr les amplis et manches d’époque sont aussi de la partie, renforçant cette sensation de flash-back musical. Progrès depuis leur apparition remarquée au Hellfest il y a deux ans et même si elles étaient déjà largement correctes, les lignes de chant, marque de fabrique pour le moins exigeante du quatuor, sont désormais parfaitement assurées et équilibrées, à deux voire à trois. On sent qu’un line-up enfin à peu près stable et constitué d’excellent musiciens a du aider à développer cette cohésion qui fait plaisir à voir et à écouter. Ajoutez à ça un jeu de lumières sobre mais travaillé en fonction des ambiances des morceaux et vous obtenez un show maîtrisé de mains, doigts et voix de maîtres.

Quand on a aisément de quoi piocher dans une discographie fournie et haut de gamme, on peut se payer le luxe de proposer à l’audience une set-list aux allures de best-of, compilant les tubes attendus et presque devenus inévitables (« Mind Control », « 13 Candles » et un toujours jouissif « I’ll Cut You Down » en tête) avec tout de même une grande partie allouée au dernier bébé, dont les chansons passent comme on pouvait s’en douter le cap de la scène avec le brio qu’on commence à connaître. Mention toute spéciale à ce « Melody Lane » lancinant et entêtant.

Et bien, pour un début de tournée l’ensemble est déjà sacrément bien rodé, et il serait très intéressant d’assister à l’une des dernières dates de celle-ci, histoire de voir si le groupe a encore une marge de progression et confirmer qu’il est en passe de devenir un très grand, un incontournable de notre ère. A bientôt Tonton.

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter