YAWNING MAN, FATSO JETSON, DOMADORA – 15 février 2015 – Paris (Glazart)

Vous connaissez les soirées à thèmes ? Celles où vous n’avez pas vraiment envie d’aller parce que vous n’avez plus la force de mettre un immonde tutu et un chapeau pirate… et bien ce soir les Stoned Gatherings n’imposent pas un dress-code mais une façon de concevoir la musique. Ok on parle bien sûr de « Stoner » mais plus particulièrement de « Jam » ! Une soirée composée de trois groupes qui vont enchaîner les impros en semi-liberté autour d’une base. Qui plus est, parmi eux se trouvent deux groupes menés par les piliers du mouvement que sont Mario Lalli et Gary Arce. Ce dernier s’est d’ailleurs prêté au jeu du question/réponse que vous pourrez lire prochainement.
1417688067carréyawning
Domadora ouvre le bal et c’est peu dire que ce groupe ne me disait rien du tout. Je coupe court au suspens, je me suis vite rattrapé le lendemain pour lire ce que je pouvais sur les bonhommes et surtout sur leur dernier album « Tibetan Monk » ! Bon, l’entrée en scène est timide et ce n’est pas non plus le jeu de scène qui époustoufle tant les cordistes que sont Gui Omm à la basse et Belwil à la guitare sont concentrés sur leur instrument. A ce niveau, seul le batteur sauve la mise avec des débordements d’énergie et ce même si globalement les mimiques de son faciès ne sont pas réellement destinées au public mais plus le fait de la concentration. Enfin l’important n’est pas là ! Parce que leur musique peut tout à fait s’apprécier les yeux fermés en oscillant plus ou moins la tête suivant la section rythmique. L’ambiance est donc posée devant un public averti. Une batterie qui virevolte, une basse solide, technique et fine dans sa construction. La guitare prend les devants avec un son plus aérien quoique se retrouvant souvent à frôler le sol gras du fait de la saturation. Suivent 40 minutes de morceaux inventifs où les thèmes s’enchaînent et où les impros sont maîtrisées. La communication entre les musiciens est d’ailleurs assez claire ce qui permet d’anticiper les phases et les plaisirs. Je vous l’avoue je ne suis pas la personne la plus sensibilisée au monde de la batterie et c’est pourquoi je tiens à préciser à quel point j’ai trouvé agréable de suivre celui-ci. Seules communications humaines du concert : les adieux très chaleureux… en espérant à bientôt !
Et voici venu le temps du premier des deux groupes qui composent le « Legend of the Desert Tour » qui parcourt en ce moment l’Europe : Fatso Jetson. Le groupe est mené par un Mario « Boomer » Lalli à qui l’on doit beaucoup pour le genre (QOTSA, Desert Sessions, …). J’attendais donc beaucoup de ce groupe qui accompagne mes oreilles depuis des années. Accompagné par son fils Dino à la basse et par Tony Tornay à la batterie, Fatso reste le groupe de Mario qui prend possession tout naturellement de la scène. Il semble d’ailleurs en forme avec un show énergique accompagné par le headbang de Dino, parlera presque entre chaque morceau et se fendra de quelques mots en français. Bref l’ambiance est bonne et chaude… puisque le batteur fera fi de son t-shirt. Les morceaux sont tirés de la plupart des productions du groupe hors « Archaic Volumes » et l’on retrouve des classiques comme « Magma ». Les impros sont quasi systématiques et toujours impeccables. Seule ombre au tableau et pas des moindres… le son… et en particulier la voix de Mario. Elle qui est pourtant si reconnaissable avec un timbre bien groovy n’est ici qu’ondes diffuses et saturées… ce qui, vous en conviendrez, est assez dommage. Mine de rien on ne boude pas son plaisir de voir ce Mario complètement habité par la musique que ses comparses et lui génèrent.
Et c’est presque sans transition, après plus d’une heure, qu’on passe au dernier groupe de la soirée : Yawning Man. Mario reste et prend la basse, Dino restera pour 2 morceaux en tant que second guitariste, on change le batteur pour Bill Stinson et on laisse arriver Gary Arce, fondateur du groupe et créateur de volutes psychédéliques. Avec Yawning c’est 1h15 d’ambiance qui vous transportent hors du Glazart. Pas de chant, juste la guitare de Gary comme chorale. Mario en a encore sous le pied et nous le fait savoir. C’est bien simple on ne remarque presque que lui sur scène vue l’énergie qu’il envoie dans son instrument. Gary ferait presque figure de gentil touriste qui aurait trouvé une place sur scène. Mais ne nous y trompons pas, on peut être guitariste, être posé, et être capable de vous transpercer. Le public oscille toujours et suit le phrasé des morceaux comme les algues le courant. Ils nous gratifieront d’un nouveau morceau à paraître sur l’album qui devrait sortir cette année et qui m’a laissé, à chaud, une très bonne impression. Après, il est clair que la musique du combo est assez homogène donc il ne faut pas s’attendre à une révolution hein. En tout cas, c’est toujours Mario qui nous parle, qui réagit sur le t-shirt d’un homme du public, qui prend à la volée la demande de jouer « Perpetual Oyster » de l’album « Rock Formations ». Il nous fait même chanter « Joyeux Anniversaire » au batteur et au groupe de partir sur un Jam du thème de cette magnifique chanson. Croyez-le ou non mais cela commençait à devenir intéressant ce qui semblait surprendre même les musiciens. La fin du concert approche quand Gary et Mario demandent à Dino de remonter sur scène pour reprendre la seconde guitare. Mario s’excusera de ne pas avoir prévenu le staff mais après 1 heure d’instrumentale, il va chanter. Le morceau en question est bien sûr (Ta-Daaaa) « Catamaran » dont tout le monde connaît la version reprise par Kyuss. Si la surprise est moindre du fait que le morceau a été pas mal joué sur la tournée, ce n’était pas le cas ces 25 dernières années. Ainsi, si le problème du micro reste, la nostalgie parle !
La dernière note sonne encore dans ma tête que je prends la direction du merch pour récupérer les galettes et l’affiche de la soirée qui fut imparfaite mais jouissive.
Un grand merci aux Stoned Gatherings !

Set List :
Fatso Jetson
Graffiti In Space
New Age Android
Phil The Hole
I’ve Got The Shame
Vincent’s Letter
Flesh Trap
Magma
Too Many Skulls
Rail Job
Nervous Eaters
The Untimely Death O The Keyboard Player

Yawning Man
Daisy Cutter
Draculito
Dark Meet
Dizzy With Da Beach
Underwater Noise
Far Off Adventure
Ground Swell
The Wind Cries Linn
Perpetual Oyster
Memorial Patters
Rock Formations
Sand Whip
Catamaran

Laisser un commentaire

  

  

  


Se connecter