Top albums 2023 de Desert-Rock

2024 est encore toute jeune, c’est l’heure pour la rédaction de Desert-Rock de vous proposer sa sélection des meilleurs albums de l’année passée !

Ce classement est la synthèse de l’ensemble des avis de l’équipe, reflétant la variété des genres que vous êtes habitués à retrouver chez nous (cliquez sur chacun pour lire la chronique détaillée du disque publiée sur le site à sa sortie) :

 

1) Dozer – Drifting In The Endless Void

Le quatuor de Borlänge effectue un comeback brillant avec Drifting In The Endless Void, un album parfois inégal mais foutrement efficace, dont certains titres viennent concurrencer ce que le groupe a produit de mieux au cours de sa longue carrière. Une première place dans notre Top 2023 amplement méritée malgré la flopée de plaques qualitatives sorties durant l’année, dont certaines proposées par des légendes de notre scène, aussi anciennes que Dozer.

2) Acid King – Beyond Vision

Chassez le naturel, il revient au galop… En associant Jason Landrian à sa démarche de songwriting, dans l’objectif d’initier un projet différent d’Acid King, Lori se retrouve finalement avec… un nouvel album d’Acid King ! Et l’un des meilleurs, reposant sur son concept « cosmique » pour hybrider et finalement transcender son stoner doom classique et l’amener dans des galaxies inédites…

3) Mars Red Sky – Dawn Of The Dusk

Pourtant sorti il y a quelques jours à peine sur la fin d’année, Dawn to Dusk se fraye sans difficulté une place sur notre podium ! Déjà une quinzaine d’années de carrière pour les vétérans de la scène stoner française, et le groupe parvient toujours à se réinventer ! L’identité du groupe et sa musicalité hors normes restent bien présentes, mais le trio y adjoint quelques incartades et expérimentations maîtrisées réussies, sur le chant, le son, l’écriture… Sans se trahir, ils créent des brèches et des perspectives sur autant de pistes d’évolution pertinentes… vivement la suite !

4) REZN – Solace

Les prêtres du doom metal atmosphérique revêtissent à nouveau leurs robes rituelles, leurs instruments prophétiques, et s’évertuent à nous bénir d’une nouvelle salve de sonorités grandioses, lourdes et envoutantes. Une messe saisissante intitulée Solace qui par sa richesse d’écriture et la profondeur de sa composition nous montre à quel point les gars de REZN savent ce qu’ils font.

5) Domkraft – Sonic Moons

Notre chronique du disque se terminait par « fort à parier que les top 2023 verront le nom du trio apparaitre plus d’une fois et assez haut, ou je n’y comprends plus rien. » Ils finissent cinquième de notre classement… et pour certains, ils figurent sur le podium. Bref, un album indispensable, clairement.

6) Green Lung – This Heathen Land

En trois albums seulement, les anglais de Green Lung se sont installés dans le top des groupes les plus excitants du moment, développant une musique résolument ancrée dans le siècle dernier (une sorte de doom metal matiné de NWOBHM), emmenée par une production et une énergie bien contemporaines ! Green Lung propose un coup de maître, avec un disque où toutes les compos sont plus efficaces les unes que les autres, comme autant d’hymnes à crier le poing en l’air pour leurs prochains concerts.

7) Gozu – Remedy

Le nouveau Gozu ne nous aura pas déçu, c’est un euphémisme : au sommet de leur art, les américains proposent un disque imparable, rempli de compos plus efficaces les unes que les autres, dans leur style si emblématique, mêlant stoner, grunge et metal, dans un ensemble puissant et mélodique. L’occasion de se rappeler aux souvenirs des quelques distraits qui auraient oublié de se pencher sur ce groupe d’exception ces dernières années… Preuve qu’il n’est jamais trop tard !

8) The Machine – Wave Cannon

Le trio néerlandais enchaîne les albums depuis plus de 15 ans, sans faux-pas jusqu’ici, et on a le sentiment qu’avec Wave Cannon, ils atteignent une sorte de sommet : emmené par un David Eering au sommet de son art, le trio démontre une nouvelle fois son savoir-faire en terme de stoner psych puissant, se détachant de la concurrence dans leur style. Pourtant leurs sorties discographiques, sur de petits labels, sont trop discrètes – à vous, lectrices et lecteurs, de faire l’effort de trouver le disque, vous ne le regretterez pas.

9) Black Rainbows – Superskull

Une galette complète de douze pistes pleine d’une énergie saturée de fuzz et d’atmosphère désertique. Un album d’une riche diversité musicale qui ne trahit en rien la substance de base de Black Rainbows. De quoi conforter davantage le groupe dans sa position parmi les leaders du Stoner européen.

10) Church Of Misery – Born Under A Mad Sign

Quasiment trois décennies d’existence, et les japonais de Church of Misery ne se sont pas calmés ! Le stoner doom nerveux et glaireux du groupe de Tatsu Mikami est toujours bien présent et toujours aussi agréable pour tout cerveau un peu dégénéré comme le nôtre… Enrichie de leur expérience (et notamment de quelques influences plus psych/blues, stimulées entre autres par le retour au bercail de leur 1er chanteur, aussi présent sur le side project Sonic Flower), leur science du riff gras et glauque vise encore juste et fait toujours aussi mal !

11) Ahab – The Coral Tombs

Le Nautik Doom de Ahab a encore frappé fort en 2023 ! Et même en étant sorti début janvier, The Coral Tombs est resté dans nos oreilles toute l’année. Entre créatures oubliées et contemplation des profondeurs, ce disque nous aura complètement absorbé dans son exploration de l’infini sous marin. On ne peut donc que vous inviter a plonger et replonger dans notre titre préféré qu’est Mobilis in Mobili…!

12) Tar Pond – Petrol

Alors qu’on croyait le groupe/projet suisse mort-né après l’excellent premier disque posthume Protocol Of Constant Sadness, le groupe s’est re-construit en une entité bien vivante cette fois, pour un résultat qui s’inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur : proposant un doom mélodique très efficace, Petrol souffre un peu de ne pas avoir le facteur « découverte surprise » du premier album, qui était un peu sorti de nulle part, mais il confirme le potentiel du groupe, que l’on espère voir s’activer et prendre vie (notamment sur scène).

13) Witchskull – The Serpent Tide

Witchskull c’est un trio australien, qui joue une musique de vieux doomsters anglais, matinée de stoner scandinave et californien… un mix détonnant mais maîtrisé, qui trouve sur ce quatrième album une sorte d’acmé musical. Supporté depuis longtemps par le discret mais intègre label culte Rise Above, The Serpent Tide a tout pour séduire… ne reste qu’à l’écouter !

14) Wolvennest – The Dark Path To Light

Le quatrième album de la formation Belge Wolvennest est plus « ramassé » que les précédents. Les titres, plus courts, dévoilent ainsi toute leur efficacité et font de The Dark Path To The Light un disque absolument imparable !

15) Blood Ceremony – The Old Ways Remain

Confirmant son évolution musicale de ces dernières années, Blood Ceremony assume le risque de se détacher progressivement de son public initial, amateur d’un peu plus de saturation notamment… Pourtant, comment résister aux mélodies envoûtantes du combo, à la voix hypnotique d’Alia O’Brien, et à ce talent d’écriture et d’arrangements vintage désarmants ? Difficile… On succombe donc à nouveau, et on re-tombe dans le piège… comme à chaque fois !

 


 

Cette année fut encore une fois riche en excellents albums qui auront bien usé nos platines, et les contraintes de ce type d’exercice étant ce qu’elles sont, on regrette de ne pas y voir figurer les excellents disques de Ritual King, Bees Made Honey In The Vein Tree, Ruff Majik, Borrachio, Caivano, Giöbia, I Am Low, King Gizzard & the Lizard Wizzard, Bell Witch, etc… qui se retrouvent tous aux portes du classement ! Mais comme disait ce fameux doom-addict qu’était André Gide, « choisir c’est mourir un peu ». 38 disques ont été cités dans l’ensemble des tops de notre équipe de rédaction, autre signe de la richesse de cette année !

On croise les doigts pour que 2024 soit du même niveau !

Top albums 2021 de Desert-Rock

C’est le maronnier chaque année évidemment, voici donc le très attendu top des meilleurs albums de l’année pour Desert-Rock.

Ce classement est la synthèse de l’ensemble des avis de l’équipe, reflétant la variété des genres que vous êtes habitués à retrouver chez nous (cliquez sur chacun pour lire la chronique détaillée du disque) :

 

1) Monster Magnet – A Better Dystopia

Quand les parrains du genre décident de proposer un album de reprises, évidemment ils ne le font pas n’importe comment : à travers un mélange habile de valeurs sûres et de vraies découvertes, ils parviennent non seulement à offrir un regard précieux et rare sur leurs références musicales (bariolées… comme la pochette du disque !), tout en proposant simplement un excellent album… de Monster Magnet ! Superbe performance.

2) Samsara Blues Experiment – End Of Forever

Un album d’une densité incroyable et malheureusement dans l’esprit du temps. Il clôture plus d’une décennie de collaboration entre des musiciens d’exception et achève (?) une œuvre d’une rare intelligence émotionnelle. Le Samsara s’en va comme il a vécu, créatif et talentueux.

3) King Buffalo – The Burden of Restlessness

Premier opus d’un triptyque qui aurait dû aboutir sur l’année et devra attendre. The Burden of Restlessness clame haut et fort qu’il faut compter sur King Buffalo et ses riffs tout en progression et en subtilité. Un album où même lorsque les compositions sont sur le fil, elles tombent toujours du côté de la lumière.

4) Domkraft – Seeds

Les artisans de Domkraft sont revenus cette année avec un bel objet portant leur pâte. Une galette lourde, signe de qualité et pourtant assez légère pour revenir toute seule et quasi sans fin sur la platine. Seeds a su saisir l’auditeur et confirmer le savoir-faire de Domkraft. Un must have de l’année écoulée.

5) Domadora – The U Book

Générosité et lâcher-prise font de ce nouvel album de Domadora une rafraîchissante réussite de 2021. The U Book est un inattendu voyage aux confins du jam et de l’entente entre musiciens. Et tant pis pour ceux qui ont commencé à faire leur bilan de l’année fin-novembre, avant sa sortie…

6) Dozer – Vultures

L’une des meilleures formations de l’Histoire du stoner a annoncé son retour aux affaires début 2022. Pour faire patienter leurs inconditionnels, il faut savourer ces 6 plages captées entre 2004 et 2005 alors que le groupe était à son apogée – soit quand Through The Eyes Of Heathens était en gestation – ainsi que l’ovni « Vinegar Fly » au destin tragique. Zéro remplissage et zéro faute de goût au menu de cette plaque qui constitue une excellente opportunité pour se plonger voire se replonger dans le répertoire de Dozer.

7) Kal-El – Dark Majesty

Dark Majesty, ou l’édition 2021 d’une recette maintenant bien maîtrisée. Des grattes ultra-fuzzées enchainées à une section rythmique au groove puissant, surplombées par une voix planant au-dessus tel le vaisseaux spatial souvent présent sur les couvertures. Le tout jouissant d’une prod monumentale et d’un mix extrêmement soigné. Une pièce de plus de ces chers amis norvégiens, à collectionner sans hésiter.

8) Alastor – Onwards and Downwards

La Suède a encore quelques pépites dans son sac à dévoiler, et Alastor en est une. Avec son (seulement) second album, le groupe confirme un talent d’écriture bluffant, au service de compositions riches et intelligentes, servies par un son délicieux. Un disque enthousiasmant et une véritable promesse pour l’avenir.

9) Robots Of The Ancient World – Mystic Goddess

Small Stone Records n’est pas mort ! Ils nous ont dégoté cette année cette pépite de groupe dans la droite lignée de leur solide catalogue de référence, à savoir une production de vrai bon stoner U.S. : un stoner énervé mais pas que, avec des morceaux malins et efficaces, un bon chanteur… On croise les doigts pour que le groupe continue sur cette lancée.

10) Monolord – Your Time to Shine

Le groupe de doom que l’on adore détester, pour de mauvaises raisons ! Your Time To Shine, sans prétention, dans la droite lignée de leurs productions précédentes, a trouvé sa place dans notre top de l’année, à force de riffs solides, d’un son toujours aussi efficace et d’un talent d’écriture que l’on ne peut pas contester. L’album est perfectible ? Certes, mais il procure quand même une bonne dose de doom de qualité, alors ne boudons pas notre plaisir.

10) Green Lung – Black Harvest

Directe émanation du doom metal old school des années 70-80, les anglais de Green Lung confirment tout le bien que l’on pensait déjà d’eux, avec ce qui est probablement leur meilleur album à ce jour. Complètement décomplexé, le quintette tire un peu dans tous les sens… et touche la cible à chaque coup ! Leur énergie, leur inspiration décomplexée et leur qualité d’écriture nous ont rapidement conquis.

12) Eldovar – A Story of Darkness & Light

Difficile à dire en ce moment mais… le COVID n’a pas produit que de mauvaises choses ! Perturbés et isolés par les diverses contraintes sanitaires, les musiciens de ces deux groupes que rien ne semblait rapprocher a priori – Kadavar et Elder moins leur bassiste – se sont retrouvés en studio pour écrire et enregistrer cet album dont la qualité en aura surpris plus d’un. Kadavar et Elder ça ne pouvait que bien fonctionner ensemble de toute façon !

12) Kadabra – Ultra

Ultra, voilà un titre qui pourrait passer pour présomptueux et qui au lieu de cela signe l’avènement de Kadabra, Ultra aura été l’une des plaques qui cette année aura su sublimer cinquante ans de riffs sabbathesques pour les inclure dans des compositions aux structures modernes pour faire ainsi souffler un vent de fraîcheur sur cette jeune production.

14) Mythic Sunship – Wildfire

Parmi la nuée de disques de psych sortis cette année, peu finalement ont émergé à l’occasion du bilan. Mythic Sunship fait partie de ces groupes qui ont su se démarquer, à travers un album mêlant très adroitement jam rock et psych rock, le tout dans un chaos musical en équilibre précaire entre improvisation WTF et structures instables. Le disque avait tout pour se crasher, mais à force d’innovation, de créativité et de maîtrise, il sort habilement son épingle du jeu.

15) King Buffalo – Acheron

Acheron – second disque de King Buffalo sorti cette année – est le Dark side of the moon du troisième millénaire. Et King Buffalo est le plus grand groupe de rock actuel. Point barre.

16) Count Raven – The Sixth Storm

La renaissance du combo culte suédois, plus de 12 ans après son précédent disque et après 35 ans de carrière, tout de même ! Tout nous laissait craindre le disque de trop, puant la naphtaline et l’absence d’inspiration. C’est tout le contraire, Count Raven apparaissant bien décidé à retrouver sa place de référence parmi les groupes de doom metal old school qui comptent… encore et toujours !

16) Lucid Sins – Cursed !

Entre Witchcraft et le prog 70’s, avec l’ombre de Pentagram planant non loin, évidemment, les écossais de Lucid Sins proposent un second album plus abouti, plus mélodique. Une friandise.

18) Suncraft – Flat Earth Rider

C’est leur premier album et ils ont ensoleillé mon été ! Sur un mélange de Truckfighters et Elder (entre autres bien sûr), énergique, puissant et un peu gras sur les bords, bref parfait pour combattre la pluie !

18) Hooded Menace – The Tritonus Bell

Sixième album et tournant heavy 80’s pour les putrides finlandais. L’un de leurs meilleurs albums à ce jour.

20) Iceburn – Asclepius

Gentry Densley est devenu un discret mais toujours trop peu productif génie musical, un compositeur éclairé mais atypique, et un interprète passionné. Après Ascend et surtout Eagle Twin ces dernières années, il dépoussière Iceburn, un projet enterré depuis 20 ans, et propose avec ses compères 2 titres (!) boursouflés d’audace, d’originalité, de puissance, et de talent, donc. Un disque complexe mais passionnant.

 


Comme chaque année on a poussé le classement jusqu’à 20 disques, ce qui permet de ne pas laisser dans l’ombre des disques fort qualitatifs… Quant aux albums aux portes du classement, ils sont le signe d’une année de production finalement plutôt riche, en découvertes (Moon Coven, Wormsand, Bogwife,…) ou en valeurs sûres (Sunnata, Motorpsycho, Khemmis…). 45 disques ont été cités par notre équipe de 10 chroniqueurs dans les meilleurs de cette année !

A nous 2022 !

3 commentaires 
  • didier ribes (12 janvier 2022 à 19 h 56 min)

    alors si Spidergawd n’est pas du stoner ou proche du mouvement que fait Vintage Caravan dans les chroniques d’album ?

  • Laurent (10 janvier 2022 à 20 h 18 min)

    @didier ribes : pas grand chose à voir avec le stoner, si ?

  • didier ribes (10 janvier 2022 à 19 h 46 min)

    comment pouvez vous oublier de citer le dernier album de Spidergawd ????

Se connecter