Crystal Spiders – Molt


Plusieurs choses nous ont amené à nous pencher plus attentivement sur ce disque. D’abord, c’est un duo, ce qui n’est pas une garantie de qualité en tant que tel, mais toujours un concept intéressant, surtout quand on aime le gros son. Ensuite, c’est produit par Mike Dean, le bassiste de Corrosion of Conformity. Enfin, on retrouve au chant Brenna Leath, que l’on avait admiré dans la même fonction au sein de Ligtning Born, très intéressant groupe de Caroline du Nord, dont le bassiste est… Mike Dean ! Pas net tout ça, mais ça pique la curiosité… Surtout que la susmentionnée vocaliste assure aussi la basse en plus du chant, tandis que son collègue Tradd Yancey y est batteur.

Un configuration intéressante donc, pour le moins : pas de guitare… Dans les faits, il y en a parfois sur l’enregistrement (de même, le duo se fait épauler d’un gratteux sur ses presta en live) mais la basse y est vraiment prépondérante, et la plupart du temps seule, c’est un fait. Attention, on parle d’une basse “Lemmy-esque”, pas d’une simple basse rythmique qui gronde en fond sonore : tous les riffs les plus structurants du disque sortent de ces quatre cordes délicieusement saturées, à travers un ampli bien gras. Et des riffs, il y en a, et pas qu’un peu : du riff doomy (“Tigerlilly”, “Chronic Sick”), du punchy (“Molt”, “Cunhell”, “The Call”), du mid-tempo vicieux (“Gutter”, “Trapped”)… Vous l’aurez compris, derrière ces riffs (de basse) se cachent des morceaux tout aussi variés : Crystal Spiders n’hésite pas à se frotter à plusieurs versants de la montagne stoner, du gros doom old school au punk garage en passant par diverses vagues plutôt retro issues des différentes filiations en provenance du Black Sab séminal. Conséquence : on ne s’ennuie pas au fil de ces 9 morceaux, tout aussi variés que complémentaires.

Le petit facteur “catchy”, le bonus qui rend ce disque atypique et attachant tient beaucoup à la personnalité et au talent (ayé, le mot est jeté) de Leath, sa vocaliste. Comme dit plus haut, déjà, on découvre ici ses talents d’écriture et de véritable riff-mistress. Mais surtout, ses lignes de chant sont remarquables, au sens propre : elle éclabousse la plaque de sa classe, son timbre et son coffre puissant sont pour beaucoup dans la musique de Crystal Spiders. On connaît des chanteuses qui ont plus de succès avec la moitié de son talent…

Loin du groupe-gimmick “duo”, Crystal Spiders propose donc un très recommandable premier disque, efficace et mature, bien fourni en riffs. Il s’écoute en boucle sans jamais s’ennuyer, emporté par la voix chaude et puissante de Brenna Leath, une vocaliste à surveiller tant ses dernières productions ressemblent au sans-faute.

 


 

Note de Desert-Rock
   (8/10)

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter