Earth Ship – Hollowed


1000x1000

En cinq ans et trois albums, les berlinois de Earth Ship avaient tracé une voie bien à eux à travers le monde un peu chaotique et trouble du sludge européen, un genre de plus en plus vaste musicalement (et fourre-tout, disons-le) vers lequel il s’est naturellement dirigé après avoir digéré et synthétisé les tendances doom et post-metal (voire prog) de ses débuts. Le solide Withered, notamment, sorti il y a deux ans chez les discrets Pelagic Records (hôte bienveillant mais méconnu de leurs premiers pas discographiques), avait fait forte impression. Napalm records, qui sait avoir du flair, les a donc signés sur ce postulat, et a sorti cet été le nouvel album du quatuor, Hollowed. Les attentes étaient fortes…

De fait, pas de surprise radicale, Hollowed reprend peu ou prou musicalement là où Withered nous avait laissé, mais le titre introductif, « Reduced To Ashes » éclaire très vite l’intention et la prétention du disque : le Navire de la Terre nous emmène avec cette quatrième galette encore plus loin musicalement que ses prédécesseurs. Pas un mince exploit, de fait. Hollowed délivre en onze morceaux autant de séquences bien distinctes, tapant chacune dans des champs musicaux complexes et variés. Déjà, on sait que la digestion devra se faire lentement car le plat est difficile à avaler d’une seule traite. Et petit à petit, donc, se font jour des influences non pas nouvelles, mais plus prégnantes chez le groupe, à l’image des penchants « grunge classieux » emblématiques de groupes comme Alice In Chains, par exemple, ou les travaux sonores quasi-prog des derniers Mastodon. Mais le combo élargit bel et bien son spectre musical, il ne le déplace pas : les amateurs des débuts y reconnaîtront leurs poulains sans problème ! Cette richesse musicale, bien retranscrite dans une prod lourde et efficace, alimente et justifie des dizaines d’écoutes sans le moindre ennui à l’horizon, des écoutes successives qui mettent petit à petit en lumière des compos solides, différentes, très souvent audacieuses et, au bout du bout, accrocheuses. Le travail mélodique est poussé dans ses retranchements… Pas une mince affaire au vu de la complexité de l’appareil et du genre musical pratiqué ! Un groupe lambda se serait perdu sur la chanson titre ou le très mastodon-ien “Valley Of Thorns”, mais ils assurent sur toute la ligne (riff, structures, mélodies, soli, vocaux …). Au final, chaque titre comporte ses moments de grâce : le riff sur-heavy de “In Fire’s Light”, le très catchy “Red Leaves”, un “Castle of Sorrow” qui invoque tour à tour Entombed et… les vieux Metallica ! Une orgie de compos, et très peu de ratés au compteur.

Bref, on se l’imaginait bien ainsi, donc on ne va pas simuler la surprise : Hollowed est riche et complexe, et c’est un album puissant, qui sur la durée se révèle attachant. Il finit en tous les cas de nous convaincre sur le potentiel de Earth Ship : probablement trop discret médiatiquement et trop lourdement enfoncé dans un metal exigeant, on ne peut pas décemment leur prédire une carrière à la Mastodon. Mais à leur échelle, et dans un genre musical plus fermé, on s’en rapproche un peu, l’air de rien. On en reparlera dans quelques années.

 

Note des visiteurs
   (0/10 - 0 vote)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Se connecter