Mothership – High Strangeness



Le furieux trio texan, emmené par les frangins Juett, a jusqu’ici laissé une trace vinylique honorable mais plutôt timide en terme de visibilité (deux albums sortis chez Ripple Music), qui ne soutenait pas la comparaison avec leurs prestations live fiévreuses (qui ont notamment laissé pas mal de monde sur le carreau en première partie de Wo Fat il y a quelques mois). Ils sortent leur nouveau disque en parallèle sur Heavy Psych Records, ce qui surprend un peu (décidément ce label transalpin initialement dédié – comme son patronyme sans ambiguïté le laisse deviner – aux groupes les plus psyche, élargit son roster dans tous les sens et tous les genres !) mais pourrait peut-être constituer pour le groupe un rebond salvateur dans leur carrière… et aussi dans tous les cas un ancrage sur le vieux continent qui pourrait nous permettre de voir un peu plus souvent sur les planches le furieux trio texan, jusqu’ici très ancré sur son territoire.

Musicalement, on aurait du mal à leur reprocher cet attachement à leurs racines texanes, tant leur musique suinte la sueur et leurs riffs sentent la poussière et le sable chaud. L’empreinte territoriale dans ce qu’elle peut proposer de plus intéressant ! Pour ceux qui ne les connaîtraient pas encore, on décrira volontiers Mothership comme le croisement musical de plusieurs combos du cru : on y retrouvera des plans heavy et doom-psyche (version US) typés Wo fat, des passages blues rock fiévreux à la Dixie Witch, l’énergie redneck houblonnée de Honky, le groove lourd et glaireux de Egypt (même s’ils sont pas texans, eux… mais on se demande pourquoi !)… Franchement, de quoi aiguiser l’appétit. Rajoutez à ça l’effet de la « formule » texane, en particulier le dispositif du power trio (condition nécessaire mais non suffisante d’obtention de l’AOC « boogie rock » initiée par ZZ Top), et les différents éléments clés d’un cocktail réussi sont réunis.

Reste donc à évaluer le liant de tous ces ingrédients, à savoir les compos. Et là, on en a pour notre argent… et en même temps on aurait quand même aimé en avoir plus ! Plus de musique déjà : 33 minutes pour 8 morceaux (dont 2 instru pour 7 minutes en tout) ça fait quand même un peu léger en brulots pour nous rassasier – on a encore faim après écoute…

Qualitativement ensuite, le bilan est plutôt bon : le trio a trouvé sa zone de confort dans le « up/mid-tempo », intervalle rythmique béni des dieux du boogie rock où il cale son groove avec un talent d’artisan du rock – besogneux mais efficace. Les titres s’enchaînent donc dans cette veine, et heureusement finalement que l’album est court, ça évite la redondance d’une recette bien maîtrisée, mais roborative. Prenez un morceau comme « Ride the Sun » : lick de guitare groovy entêtant, aboutissement sur un riff bien fat, couplet accrocheur, et point culminant sur un solo de guitare jouissif avant un lâcher de chevaux dans les règles de l’art. Tout est là. Globalement le reste est à l’avenant, avec quelques morceaux de gloire tels « Speed Dealer » ou « Helter Skelter » (non c’est pas une reprise). On déplorera néanmoins quelques titres de moindre intérêt (« Crown of Lies » qui se perd un peu en chemin, « Midnight Express » – le refrain en chœur, c’est juste pas possible les mecs…), ce qui nous fâche quand même un peu : sur un album aussi court, ne pas avoir la perfection à tous les niveaux est forcément un petit regret…

Pour résumer, on aurait adoré que High Strangeness soit l’album de l’explosion, la révélation éclatante au « grand public », la preuve inattaquable de l’excellence de ce trio qu’on apprécie tant. Sans être raté, High Strangeness est (seulement) une nouvelle pierre apportée à la discographie déjà solide du combo, dans la continuité. C’est déjà très bien, certes, et ça constitue une très saine plateforme pour justifier de prestations live de haute volée. Objectif largement atteint sur cet aspect (et il nous tarde). Reste qu’on aurait aimé prendre une grosse torgnole avec un album référentiel, le nouveau mètre-étalon du genre, et nos espoirs sont frustrés. Mais bon, ça reste du haut niveau, et probablement parmi ce qui se fait de mieux dans le genre à l’heure actuelle.

Note de Desert-Rock
   (7/10)

Note des visiteurs
   (7/10 - 2 votes)

(Pour donner votre note,
cliquez sur le nombre de cactus voulus)

Laisser un commentaire

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  


Se connecter