Sleep + Pharaoh Overlord au Bataclan le 8 octobre

Il est parfois important de rappeler en ces temps où la force stoner rock est troublée par l’arrivée de jeunes hippies considérant que Red Fang ou Kadavar sont l’an 1 du genre, que Sleep est un des piliers (des trois ou quatre piliers, selon si on ajoute Fu Manchu) du genre. Un indispensable, un indissociable, une légende vivante encore active et encore pertinente, ce qui n’est pas loin d’être unique. Le trio de San José a publié des albums essentiels, ayant poussé le genre jusqu’à ses ultimes retranchements avec Dopesmoker, une pièce si intense, si grandiose qu’il aura fallu attendre 18 ans entre son enregistrement et sa publication, le temps que les mœurs autorisent une telle chose. Et Sleep, groupe que l’on croyait disparu dans les limbes de l’éternité, ayant donné naissance à deux entités Némésis (OM et High On Fire) a fini par se reformer. Comme la plupart des groupes de l’époque me diriez vous ? Oui. Sauf que la pertinence de leur album The Sciences, publié en 2018 et la force émotionnelle de leurs concerts rappellent encore une fois que Sleep n’est pas « Comme les autres ». Mais que les autres n’existent seulement et uniquement parce que Sleep a un jour explosé les carcans de la musique sous accordée.

La première partie de ce concert est aussi immanquable, Sleep s’étant adjoint les services de Pharaoh Overlord, quintet suédois expérimental, presque robotique, ayant publié un ziliard d’albums depuis leur création en 2000 et ne se faisant que trop rare sur scène, endroit où pourtant ils excellent. Ceux présent lors de leur apparition au Roadburn 2011 peuvent en témoigner. Oublié des line up des DesertFest (même cette année à Anvers alors que Sleep y joue, ce qui constitue une sorte de scandale), Pharaoh Overlord foulera une scène française pour la première fois, et ce sera donc un moment d’histoire, dans une salle qui en est chargée.

Prenez vos places avant qu’il n’y en ait plus (ou que les mecs de Metallica les revendent plus cher au marché noir) ici : https://web.digitick.com/sleep-concert-le-bataclan-paris-08-octobre-2019-css5-myfavorite-pg101-ri6208771.html

Toutes les infos dans l’événement facebook : https://www.facebook.com/events/274312573504334/

DESERTFEST Belgium 2019 : Sleep et compagnie

Octobre arrive à grands pas et, avec lui, évidemment, les festoches et le fameux Desertfest Anvers qui régale les amateurs de grosses bûches depuis 2014…

Cette année, le fest se déroule du 18 au 20 octobre et propose une affiche plus qu’alléchante : les mythiques Sleep seront de la partie, tout comme les suisses de Zeal & Ardor (l’une des grandes attractions du moment) ou encore Ty Segall & the Freedom band et leur garage blues rock d’une efficacité redoutable. Outre ces 3 headliners, les chanceux qui ont déjà leur pass 3 jours (désolé, tout est vendu mais le fest va mettre en vente des pass 1 jour pour les retardataires) pourront se délecter de The Obsessed (en espérant que la bande à Wino ne fasse faux bond à personne cette fois-ci…), Truckfighters (dans la foulée de leur passage à Paris et Nantes), Nebula (fort d’un Holy shit qui se doit de tourner sur toutes les bonnes platines), ASG, Eyehategod, Pelican, Bongripper, Toundra, Church of Misery, Lo-pan, Monkey3 et bien d’autres encore… Et dire que la programmation doit encore s’étoffer de quelques noms ! A noter, 6 groupes belges seront à l’honneur dont Grotto ou encore 30.000 monkies…

Bref, vivement cet automne et, bien évidemment, nous y serons pour 3 jours de trip au Trix!

http://www.desertfest.be/

https://www.facebook.com/events/2260579413999993/

 

Video Premiere : UFOMAMMUT en acoustique pour son 20ème anniversaire !

A l’occasion de son 20ème anniversaire, les italiens de UFOMAMMUT préparent la sortie d’un coffret spécial, sobrement intitulé XX, prévu le 9 septembre sur le label du groupe, Supernatural Cat.

Le concert ci-dessous a été enregistré le 5 avril 2019 au Gaswerk de Winterthur (Suisse), sa version audio fera partie des cadeaux proposés dans ce coffret. Vous y trouverez 6 titres clés couvrant toute la carrière du groupe, complètement revisités en version électro-acoustique, vous verrez c’est bluffant :

 

Le coffret sera disponible en format Vinyl ou CD, et proposera en premier lieu l’intégrale des 8 albums du groupe (avec des pochettes inédites), le disque XX contenant les six chansons du live ci-dessus ré-interprétées et ré-arrangées, mais aussi un gros livret de 64 pages (photos, artwork, paroles…), un poster, un backpatch, un sticker

Pour vous offrir ce beau cadeau d’anniversaire, les pré-commandes sont ouvertes ici : https://ufomammut.8merch.com/

Ce 20ème anniversaire pour l’un des groupes de stoner doom les plus intéressants de ces dernières années sera aussi l’occasion de parcourir l’Europe en long et en large cette année :

  • 5/30/2019 Dunk! Festival – Zottegem, BE
  • 9/11/2019 Aglomerat – Moscow, RU
  • 9/12/2019 MOD – St. Petersburg, RU
  • 9/26/2019 Le Fil – Saint Etienne, FR
  • 9/27/2019 Petit Bain – Paris, FR
  • 9/28/2019 The Garage – London, UK
  • 9/29/2019 Magasin 4 – Brussels, BE
  • 9/30/2019 Melkweg – Amsterdam, NL
  • 10/02/2019 Vega – Copenhagen, DK
  • 10/03/2019 Sticky Fingers – Göteborg, SE
  • 10/04/2019 Høstsabbat – Oslo, NO
  • 10/05/2019 Plan B – Malmö, SE
  • 10/06/2019 Debaser – Stockholm, SE
  • 10/08/2019 On The Rocks – Helsinki, FI
  • 10/09/2019 Von Krahl – Tallinn, ES
  • 10/10/2019 Melna Piektdiena – Riga, LV
  • 10/11/2019 Narauti – Vilnius, LT
  • 10/12/2019 Hydrozagadka – Warsaw, PL
  • 10/13/2019 Zet Pe Te – Krakow, PL
  • 10/15/2019 Rockhouse – Salzburg, AT
  • 10/16/2019 Mochvara – Zagreb, HR

HELLFEST 2019 : les video-report des 3 jours de festival sous la Valley…

HELLFEST 2019 : les video-report des 3 jours de festival sous la Valley… et quelques autres scènes !

 

En attendant les live report détaillés et les photos…

Video exclu BLACK TUSK “Vulture’s Eye” – live @ Desertfest Berlin 2019

Video exclu BLACK TUSK “Vulture’s Eye” – live @ Desertfest Berlin 2019

 

Rock in Bourlon : Corrosion of Conformity, All Them Witches,…

Chaque année, alors que la dépression post-Hellfest s’empare de tous les habitués de la Valley, le Rock in Bourlon (dans le 62) vient raviver la flamme le week-end suivant. Grâce à une équipe de passionnés et un talent d’orfèvre dès lors qu’il s’agit de constituer une prog aux petits oignons, le festival est désormais chaque année un incontournable.

Et ce n’est pas cette année que ça va changer ! Les 28 & 29 juin, le festival accueillera rien moins que Corrosion of Conformity (avec Pepper Keenan oui !), All Them Witches, Whores, Bo Ningen, Toner Low, Arabrot, , Duel, etc… 2 jours de festival en open air et GRATUIT (prix libre), bonne ambiance, bouffe, bière artisanale, expos, etc…

Toutes les infos à partir de l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/573557853040378/

Ou sur leur page web : https://www.rockinbourlon.com/

Vous pourrez aussi décider de vous impliquer plus dans l’opération : il est encore temps pour participer en tant que bénévole à cette super expérience ! (infos ici : http://bit.ly/2C41tz2)

 

1 commentaire

Video exclu FU MANCHU “Cyclone Launch” – live @ Desertfest Berlin 2019

Video exclu FU MANCHU “Cyclone Launch” – live @ Desertfest Berlin 2019

 

Video exclu GREENLEAF “Howl” – live @ Desertfest Berlin 2019

Video exclu GREENLEAF “Howl” – live @ Desertfest Berlin 2019

 

 

Video exclu FU MANCHU “Mongoose” – live @ Desertfest Berlin 2019

Video exclu FU MANCHU “Mongoose” – live @ Desertfest Berlin 2019

 

Video exclu MONKEY3 “Jack” – live @ Desertfest Berlin 2019

Video exclu MONKEY3 “Jack” – live @ Desertfest Berlin 2019

 

BLACK BASS Festival 2019 : Black Rainbows, Vintage Caravan, Brutus…

Le Black Bass Festival ravit chaque année des centaines de fans de gros rock et en particulier de stoner. On se rappelle en particulier ces dernières années y avoir vu Mondo Generator, Year of No Light, Hangman’s Chair, 1000Mods, Datchä Mandala, Hark (juste avant leur split…), Truckfighters (juste avant leur split…), Birth of Joy (juste avant leur split…)…

Cette année, Black Rainbows devrait porter haut l’étendard stoner, avec dans son aspiration les islandais de The Vintage Caravan ou encore Little Jimi, mais aussi quelques groupes qui devraient ravir les amateurs de décibels saturés, comme Brutus, les japonais de Bo Ningen, Lost in Kiev… et plein d’autres découvertes à fort potentiel électrisant.

Le Black Bass c’est ce festival organisé à la fin de l’été (cette année les 30 et 31 août) à quelques encablures de Bordeaux, dans les marais au bord de l’estuaire de la Gironde, dans la cour d’un château, sous les arbres… Un petit festival à taille humaine où la bonne humeur le dispute à la motivation des bénévoles.

Et combien ça coûte ? 25EUR à peine pour les tickets en prévente !

Les infos détaillées et la billetterie, c’est ici : http://blackbassfestival.com/

L’événement Facebook pour suivre les actus associées : https://www.facebook.com/events/393537191234777/

Et la prog résumée ci-dessous :

 

Video live exclu GREENLEAF “With Eyes Wide Open” – live @ Desertfest Berlin 2019

Video live exclu GREENLEAF “With Eyes Wide Open” – live @ Desertfest Berlin 2019

 

Video-report DESERTFEST Berlin 2019 – Jour 3 (Om, Wovenhand, Black Tusk…)

DesertFest Berlin -jour 3 avec OM, Wovenhand, Long Distance Calling, Electric Citizen, The Skull, Black Tusk, The great machine, Blackwater Holylight, Stonefield, Worshipper, Swedish Death Candy

 

Video-report DESERTFEST Berlin 2019 – Jour 2 (Fu Manchu, Kikagaku Moyo, Greenleaf…)

DesertFest Berlin day 2 : Fu Manchu, Kikagaku Moyo / 幾何学模様, Greenleaf, Nick Oliveri, Naxatras, The Shrine, Hällas, Lucidvox, Zig Zags, R.I.P., Mirror Queen

 

Video-report DESERTFEST Berlin 2019 – Jour 1 (Colour Haze, All Them Witches, Monkey 3…)

Desertfest Berlin 2019 : Colour Haze, All Them Witches, Witch, Earthless, monkey3, Mondo Generator, The Devil And The Almighty Blues, Scott “Wino” Weinrich, 24/7 DIVA HEAVEN

Freak Valley Festival 2019 : ce sera un grand cru !

La saison des festivals approche à grands pas… Et outre les fameux Desertfest, Hellfest et Up in smoke, un petit festival réunissant près de 3000 amateurs de grosses bûches, de voyages spatiaux et de fumée psychédélique a lieu chaque année depuis maintenant 8 ans : le Freak valley festival. Perdu au milieu de la Forêt noire à quelques encablures de Cologne, la réputation de ce rassemblement grandit au fur et à mesure des années, au point que tous les pass de cette année se sont écoulés en quelques minutes seulement!

Il faut dire que la programmation est alléchante: de grosses pointures du genre (Corrosion of Conformity avec un show célébrant les 25 ans de l’album Deliverance, Wolfmother, le grand Brant Bjork) y côtoient des valeurs sûres (King buffalo, Minami Deutsch, the Vintage caravan) mais aussi de quoi planer très haut (God is an Astronaut, It’s not night it’s space, Electric moon) ou au contraire s’éclater à la cave (Monolord, Yob ou encore The Obsessed et le légendaire Wino).

29 groupes vont se succéder sur 3 jours du 20 au 22 juin et l’un des gros avantages c’est qu’aucun concert ne se chevauche avec un autre (il faut dire qu’avec seulement 2 scènes dont l’une ne sert que pour les concerts de midi à 14h, çà aide !). Bref, vous ne raterez rien du Freak valley si vous avez eu la chance d’obtenir des pass… En tout cas, nous, on y sera!

http://www.freakvalley.de/

Concours EARTHLESS – 6 places à gagner pour la tournée du groupe US

Desert-Rock et 3C booking offrent à 3 lecteurs de Desert-Rock l’opportunité d’aller gratos à l’une des trois dates de la tournée du groupe sur nos terres, accompagné de la personne de leur choix.

Toutes les infos pour participer sont sur notre page Facebook, (cliquez ici)

Concours HELLFEST : Gagnez votre pass 2019 avec Desert-Rock !

Comme chaque année, Desert-Rock vous propose de rafler 2 pass pour le Hellfest.

Le 1er pass 2019 est mis en jeu via un concours sur notre page Facebook, allez ici pour les consignes et participer :

Lien

Bonne chance !

Et ne vous éloignez pas trop, on met en jeu le second pass très bientôt…

 

1 commentaire
  • GIRARD (17 juillet 2019 à 18 h 53 min)

    Bonjour,
    Il est pour moi celui-là s’il vous plait.

DURBUY Rock Festival : 12-13 avril 2019

Durbuy a pendant longtemps surfé sur sa réputation de plus petite ville du monde. Ce n’est pas vrai, mais avec ses 156 mètres carrés et ses 400 habitants, ce n’est pas le village seul qui remplira son festival metal, le Durbuy Rock Festival. C’est pourquoi nous avons décidé de vous en parler et de donner rendez-vous aux plus doom d’entre vous les 12 et 13 avril 2019 en Wallonie, province du Luxembourg, Belgique, dans la section Bomal de Durbuy. Prenez un pull chaud et venez ralentir votre rythme cardiaque avec nous.

Le Durbuy Fest a plus de 20 ans d’existence, proposant, depuis 1997 des affiches metal à taille humaine (deux scène, deux jours, 2 litres de bières) et pour la première fois s’équipe de groupes à fort coefficient doom en dosage honnête. Bien sûr Jucifer, EyehateGod, The Gathering ou Crowbar ont déjà foulé le goudron du parking municipal mais jugez plutôt, cette année, sur la journée du samedi, ce ne sont rien d’autre que Vintage Caravan, Saint Vitus, Samael, Candlemass, Paradise Lost et plein d’autres qui vont se relayer, afin de plomber l’ambiance à coup de riffs lourds comme la pierre. C’est simple, nous sommes là en présence de l’affiche la plus doom d’Europe au mois d’avril. Plus doom que les DesertFests, plus doom que le Roadburn aussi (même si on concède que Sleep doome tout ce qu’il touche dans des proportions abyssales). La journée du vendredi est sérieuse aussi dans son genre (The Black Dahlia Murder, Destruction ou Napalm Death) mais chasse sur des terres plus éloignés de notre juridiction.

Jugez plutôt (c’est le chien de Mickey pas son ami) ce qui nous attend le samedi 13 avril :

  • The Vintage Caravan (15h30, Hall le Sassin)

Le trio Islandais est du genre à se la jouer rétro rock, presque psychédélique. Du genre à faire des reprises de Fleetwood Mac par exemple mais aussi du genre à signer chez Nuclear Blast et à sillonner la terre du milieu pour répandre leur plaisir scénique comme d’autre répandent du napalm (death).

  • Saint Vitus (17h15, Hall le Sassin)

Sans Wino mais avec un Scott quand même, Reagers, la bande à Dave Chandler vient enfin de ce côté ci de l’atlantique pour causer dragon et nous expliquer en quoi ils sont nés trop tard. Suivant l’adage « une journée sans St Vitus est une journée gâchée », ne ratez pas votre vie et soyez devant la scène à l’heure dite.

  • Samael (19h15, Hall le Sassin)

Quelle longévité pour les Suisses, 30 ans de metal tantôt black, tantôt industriel, souvent froid et gothique. Parfait pour invoquer les démons avec une barquette de frites à la main.

  • Paradise Lost (21h15, Hall le Sassin)

Le plus doom des groupes de death anglais (à moins que ce soit le contraire, à moins que ce soit l’un des deux autres pointe du triangle de Peaceville Records, soit Anathema et My Dying Bride) est de retour sur les routes, presque deux ans après l’obsédant Medusa défendu bec et ongle un peu partout en Europe. L’occasion d’une set list best of et de brailler « As I Die » jusqu’à pas d’heure au camping.

  • Candlemass (23h, scène Hellzine)

Avec le retour du premier chanteur, celui d’Epicus, Candlemass entreprend de remettre l’église au milieu du village doom en accélérant le nombre de concerts, eux qui étaient depuis quelques années entrés dans une sorte de pré-retraite bien méritée. Ce sera l’occasion de jauger ce que les papis suédois donnent encore sur les planches, pas sûr qu’il reste des tonnes d’occasion de les revoir par la suite.

 

Et dire que les mêmes gens de bon goût organisent, au même endroit en aout un festival « Golden Age Of Rock » (du 23 au 25 août 19) avec Leaf Hound, Atomic Rooster ou Uli John Roth… Nous sommes gâtés les enfants. Gâteux mais gâté !

Toutes les infos : https://www.durbuyrock.be/

Le Top albums 2018 de Desert-Rock

A l’issue d’un processus de vote en mode “Battle Royale”, qui aura laissé l’équipe de rédaction de Desert-Rock à feu et à sang, la fumée blanche est sortie (ou plutôt verte en l’occurrence…) et nous sommes en mesure de vous livrer notre top album 2018.

Ce classement est la synthèse de l’ensemble des avis de l’équipe, reflétant la variété des genres que vous êtes habitués à retrouver chez nous.

Sans plus attendre, voici donc notre top (cliquez sur chacun pour lire la chronique que nous avions publiée dans l’année) :

1) Sleep – The Sciences

Sorti sans prévenir le 20 avril (4/20, le jour de la drogue aux USA) sur le label de Jack White, 20 ans après la composition de Dopesmoker, The Sciences est simplement un manuel de doom, un manifeste Sabbathien du riff Saint. Le reste n’est que poussière (de beuh).

2) Fu Manchu – Clone of The Universe

Fu Manchu prouve encore une fois avec ce Clone of The Universe qu’on peut réussir à suivre une ligne directrice traditionnelle tout en aspirant à l’originalité. Un album qui respire la classe américaine, la coolitude et la lourdeur.

3) Bongripper – Terminal

« Slow » et « Death » : deux titres parce que les vinyles ont deux faces, mais une seule logorrhée de doom instrumental venue éclipser l’astre solaire au beau milieu de l’été caniculaire 2018. Le quatuor de Chicago nous a gratifié d’une production énorme après 4 ans de silence ; vivement la suite !

4) Ddent – Toro

Savoir enchainer deux bons albums d’affilée n’est pas donné à tout le monde. Ddent le fait avec brio en proposant avec Toro un Post Metal sublime, inspirant et tellement atypique. Si vous cherchez à vous évader, cette œuvre saura vous emmener bien plus loin que vous ne pouvez l’imaginer.

5) Clutch – Book of Bad Decisions

Dans la masse des sorties et des groupes qui vont et viennent, Clutch confirme sa position de Maître es-Stoner. The book of Bad Decisions constitue un album autant Stoner que Blues, une perle construite et complète qui fédère les opinions au-delà de celles de notre rédaction. Du talent à l’état pur, rien de moins!

6) Hangman’s Chair – Banlieue Triste

Beau et froid comme peut l’être le béton parfois. Puissant et délicat comme les émotions qu’ils partagent, les parisiens tapent une nouvelle fois très juste avec cet album.

7) Eagle Twin – The Thundering Heard (Songs of Hoof and Horn)

Peu prolixe, le discret duo américain propose enfin l’album qui les libère de leur statut restrictif de groupe culte, et voient leur créativité unanimement reconnue. Violent et fragile, pachydermique et subtil, leur troisième album ne ressemble à aucun autre et aura marqué 2018.

8) Mantar – The Modern Art of Setting Ablaze

Mantar en sortant son The Modern Art of Setting Ablaze n’aura pas déçu son public. Et même si l’album n’atteint pas les hauteurs de violence défouloir des précédents, il gagne en concision et en storytelling. Définitivement un album à posséder.

9) High On Fire – Electric Messiah

Après avoir roulé sur l’année 2018 avec la sortie surprise du Sleep, Matt Pike place son second groupe dans le top avec le teigneux Electric Messiah. Il paiera cette insolente réussite d’un doigt de pied amputé. Le prix du succès.

10) Weedpecker – III

2018 a vu une lumière chaude, aérienne naître en début d’année et ce, par la grâce du quatuor polonais, de leur lumineux effort et de sa brillante production.

11) Yob – Our Raw Heart

L’album de la guérison. Après être passé non loin de la mort suite à une fulgurante infection, Mike Scheidt couche sur bande son spleen et sa rage de vivre et fait osciller l’électrocardiogramme de Yob entre le sublime et le convenu. Mais que d’émotion dans tout cela.

12) Orange Goblin – The Wolf Bites Back

Retour aux affaires pour Orange Goblin, et de quelle manière! Les vétérans londoniens proposent sur The Wolf Bites Back un condensé des tous meilleurs aspects de leur musique. Un must-have pour tous les fans du groupe !

13) Windhand – Eternal Return

Sans renier aucunement la formule qui a fait son succès jusqu’à présent, Windhand incorpore plus que jamais ses influences 90s’ à sa formule doom/psyché. Un album à la fois lourd, psychédélique et plus accrocheur que jamais qui fait la part belle à la voix de sa chanteuse Dorthia Cottrell.

14) Aboleth – Benthos

Premier album et déjà une pièce maitresse. Aboleth avec une voix magnifique posée sur une musique bourrée de qualités, atteint déjà des sommets et nous laisse rêveurs pour la suite. La classe.

15) Earthless – Black Heaven

Le cyclone du jam électrique est revenu cette année. On y dénote un chant davantage présent ainsi qu’une construction plus standard, plus accessible des morceaux. Néanmoins, les amoureux de la substance si enivrante d’Eartless trouveront dans Black Heaven de quoi se repaître allègrement.

 


Un peu comme la troisième marche du podium, on trouve aux pieds du classement un joli lot de très bons albums, et la frustration fut grande de ne pas pouvoir en citer plus ! Dans le désordre Conan, King Buffalo, Black Rainbows, Dopethrone, Naxatras, Messa… sont dans un mouchoir de poche !

C’est un autre signe d’une année qui fut foisonnante (plus de 120 albums chroniqués dans nos pages, soit un album tous les 3 jours !) et qualitative (plus de la moitié des albums furent cités dans les votes de la rédaction au moment de faire le bilan de l’année).

Sacré challenge d’aborder 2019 sur les mêmes bases… Chiche ?

4 commentaires 
  • […] Le Top albums 2018 de Desert-Rock […]

  • Laurent (23 janvier 2019 à 22 h 35 min)

    @rockfour : d’une part, oui, c’est un album 2019. D’autre part, on l’a écouté que depuis quelques semaines, difficile de le jauger sur la longueur. Et enfin… rien ne garantit qu’il fera partie de notre sélection, l’année est jeune et probablement pleine de surprises 🙂

  • rockfour (23 janvier 2019 à 22 h 30 min)

    pour 4 jours, John Garcia n’intègre pas ce classement. Je suppose que c’est repoussé d’un an

  • William HERTZ (18 janvier 2019 à 17 h 41 min)

    Hormis Weedpecker, que du très lourd (trop lourd ?) dans ce top 2018 !! rien contre si ce n’est que la France semble résolument tournée vers le gros doom, le presque stoner-metal et beaucoup moins vers le psyché, le space rock, le plânant, l’aérien, le floydien quoi !! dommage mais je me console avec la scène allemande qui accorde à ces courants musicaus une part plus qu’abondante !! mais quand même, ne pas faire figurer le dernier KIKAGAKU MOYO, quel faute de goût, de sensibilité !! mais bon, les avis, chacun le sait, tout le monde en a un et ce n’était que ma modeste contribution à desert-rock.com qui me remplit de bonheur tout au long de l’année !! et à bientôt dans les festivals !!

Vidéo live : Kadavar “Pale Blue Eyes” – Live Up in Smoke Fest 2018

Vidéo live : Kadavar “Pale Blue Eyes” – Live Up in Smoke Fest 2018

 

Vidéo live : Electric Wizard “Witchcult Today” – Live Up in Smoke Fest 2018

Vidéo live : Electric Wizard “Witchcult Today” – Live Up in Smoke Fest 2018

 

Vidéo live : Witchcraft “Deconstruction” – Live Up in Smoke Fest 2018

Vidéo live : Witchcraft “Deconstruction” – Live Up in Smoke Fest 2018

 

Vidéo live : Sasquatch “More Than You’ll Ever Be” – Live Up in Smoke Fest 2018

Vidéo live : Sasquatch “More Than You’ll Ever Be” – Live Up in Smoke Fest 2018

 

 

Vidéo live : Elder “Dead Roots Stirring” – Live Up in Smoke Fest 2018

Vidéo live : Elder “Dead Roots Stirring” – Live Up in Smoke Fest 2018

 

 

Se connecter